Dans le numéro 140 du magazine PF+ édités par la "Présence Francophone +" et l'association culturelle de Leeuw-Saint-Pierre, commune flamande frontalière d'Anderlecht, une page est consacrée aux "grands travaux de la chaussée de Mons". Les auteurs de l'article semblent bien informés. Ils révèlent que le chantier devrait bientôt commencer et qu'il se découpe en huit phases étalonnées sur six ans. Ce chantier coûterait 17 millions d'euros, ce qui donne une information de "l'ampleur du chantier".

D'après l'article du périodique, les égouts seront renouvelés avant d'entamer les travaux de réaménagement. Ceux-ci consistent à allonger le couloir de bus qui démarrerait de Laurieplein au lieu de Grand-Bigard. L'autre nouveauté de cet aménagement serait le passage à "une seule bande de circulation" en direction et en provenance de Bruxelles ce qui impliquerait des "files bien plus longues que ce que nous connaissons actuellement". Pour les auteurs de l'article, "c'est un cauchemar qui attend les nombreux usagers de cette voirie".

Du côté de Bruxelles, le chantier complet n'est pas encore défini concrètement mais en revanche l'objectif de "fluidifier la circulation du tram et de réaménager la voirie" est affiché. Ce projet de restructuration concerne le tronçon entre le square Emile Vandervelde et le square Albert 1er à Anderlecht. "En fonction de l'obtention des permis d'urbanisme, le chantier devrait commencer en 2022", précise Camille Thiry, porte-parole de Bruxelles Mobilité. En attendant, la Région bruxelloise a réalisé des travaux de sécurisation des traversées pour les cyclistes sur le square Vandervelde.