Woluwe-Saint-Pierre : Une vingtaine de parkings pour mobilité partagée

La première zone de stationnement se trouve au carrefour de l'avenue du Val d'Or et de la rue Martin Lindekens

Mathilde de Kerchove
Woluwe-Saint-Pierre : Une vingtaine de parkings pour mobilité partagée
©FLEMAL JEAN-LUC

La première zone de stationnement se trouve au carrefour de l'avenue du Val d'Or et de la rue Martin Lindekens.

Après l'euphorie des premiers utilisateurs, la nouvelle mode des véhicules partagés et en libre-service a fait l'objet de nombreux débats autour de la sécurité routière et du stationnement sauvage. En effet, si ces derniers représentent un nouveau moyen de locomotion efficace et positif pour la qualité de l'air à Bruxelles, leur système d'utilisation libre par définition a créé quelques problèmes, notamment au niveau du stationnement trop souvent sauvage.

Face à cette réalité, la commune de Woluwe-Saint-Pierre a, à l'initiative de son nouvel échevin de la Mobilité Alexandre Pirson (CDH), décidé d'installer des "dropzones" sur son territoire, soit de nouveaux espaces de stationnement pour les trottinettes, vélos et scooters partagés. Concrètement, partout où c'est possible, un marquage sera placé de part et d'autres des passages pour piétons, où le code de la route interdit par ailleurs le stationnement de voitures. Ces zones de dépôts permettront ainsi le stationnement convivial de cyclopartage et seront également équipées d'arceaux.

Pour Alexandre Pirson, il est important que la communication auprès des utilisateurs soit la plus claire possible. Ainsi, ces dropzones seront accompagnées d'un marquage au sol et d'une signalisation verticale. En outre, ces parkings seront à terme répertoriés sur les différentes applications et signalés aux utilisateurs via des messages.

Woluwe-Saint-Pierre : Une vingtaine de parkings pour mobilité partagée
©FLEMAL JEAN-LUC


Après l'installation de la première qui est située au carrefour de l'avenue du Val d'Or et de la rue Martin Lindekens, la commune prévoit le déploiement d'une vingtaine de zones de stationnement sur le territoire, dans les quartiers les plus fréquentés tels que Montgomery, Stockel, Centre, Chant d'Oiseau et Sainte-Alix. "Nous avons contacté les différents opérateurs actifs sur notre territoire", explique l'échevin. "À terme, nous espérons ainsi obtenir les flux utilisateurs pour définir où il est important d'installer les dropzones, mais aussi pour obtenir d'autres informations. Nous pourrions par exemple déterminer où installer des pistes cyclables en fonction du nombre de trajets en vélo sur un axe." Alexandre Pirson espère par ailleurs introduire, grâce aux applications, un système de récompense pour les utilisateurs des zones de stationnement, "comme une réduction accordée sur le prochain trajet."

Et si la commune entend inciter les utilisateurs de mobilité partagées grâce à ces nouveaux parkings, elle estime parallèlement qu'il faut une réponse rapide en cas de signalement d'un véhicule ostensiblement gênant. L'échevin, également en charge de la transition numérique, aimerait ainsi que la possibilité qui existe déjà de signaler une trottinette encombrante sur l'application soit intégrée à l'application régionale FixMyStreet. "La commune s'engage à contacter chaque société de cyclopartage opérant sur son territoire en vue de convenir de délais très rapides de remises en ordre", conclut-il.

En dernier recours, les agents communaux peuvent également infliger des sanctions administratives aux utilisateurs ou aux opérateurs, sur base du règlement général de police.

Mise en place d'une liste de trottoirs interdits aux trottinettes et vélos partagés

Pour mémoire, depuis cette semaine, la Région a interdit le stationnement des véhicules partagés et autres deux roues dans près de 26 rues de son territoire. Tout utilisateur qui y stationnera plus de 24h devra payer 200 euros d'amende. Pour les véhicules partagés, les laisser régulièrement à disposition dans les zones interdites pourrait même leur coûter leur licence. La plupart des rues interdites sont situées dans le centre de la capitale, près de la Grand-Place. Six parcs figurent également sur la liste, ainsi que les abords des trois grandes gares (Nord, Midi, Centrale). Les utilisateurs devront désormais laisser leur bolide dans des dropzones, que Bruxelles Mobilité expérimentera cet automne dans des lieux de passage de la capitale.



Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be