La Stib va réduire les vibrations des trams du côté du dépôt d'Ixelles

La Stib va réaménager le haut de l'avenue de l'Hippodrome pour limiter la vibration des trams. Une réunion d'information se tient ce mercredi soir afin de présenter le projet.

A. F.
La Stib va réduire les vibrations des trams du côté du dépôt d'Ixelles
©DR

La Stib va réaménager le haut de l'avenue de l'Hippodrome pour limiter la vibration des trams. Une réunion d'information se tient ce mercredi soir afin de présenter le projet.

Depuis 2014, les riverains du haut de l'avenue de l'Hippodrome, au niveau du dépôt d'Ixelles de la Stib, se mobilisent afin de limiter les nuisances causées par les vibrations des trams. Raison pour laquelle la Stib prévoit de réaménager cette artère. Le projet sera présenté ce jeudi soir aux riverains. "La réunion d'information a pour but de présenter le projet réaménagement de façade à façade du haut de l'avenue de l'Hippodrome. On va refaire les rails de trams avec des techniques antivibratoires, créer de nouveaux trottoirs afin d'apaiser la circulation. Le projet en l'état prévoit la suppression de 7 places de stationnement", explique Cindy Arents, porte-parole de la Stib. "Ce projet a été pensé en concertation avec les autorités communales."

Mais du côté des riverains, ce projet est vu d'un mauvais oeil. "Pour nous, il ne faut pas toucher à la morphologie de la rue. Nous ne souhaitons pas subir de travaux car c'est agréable pour personne, ni pour les riverains ni pour les commerçants qui ont déjà du subir les travaux du chantier au niveau du boulevard Général Jacques. Ce que nous demandons, c'est avant tout une meilleure gestion de la fréquence des trams avec des vitesses moins importantes et de plus grandes plages horaires la nuit sans tram pour nous permettre de mieux dormir", explique Benjamin Scheere, membre du Comité Hippodrome Action.

Les riverains déplorent l'absence de concertation de la part de la Stib dans ce dossier. "Pour qu'un projet soit réussi et démocratique, il convient de donner une position d'acteur aux riverains. C'est pourquoi les habitants de l'avenue de l'Hippodrome font entendre leur voix et ne veulent plus être considérés comme des citoyens de seconde zone", déplore-t-il.

C'est principalement la question du stationnement qui agite les riverains. "Nous ne défendons pas la voiture individuelle mais bien le côté logistique. La loi nous impose d’entretenir nos biens et en même temps les pouvoirs publics nous enlèvent des places pour l’entretien de ce bien", poursuit Benjamin Scheere. "Il y a des emplacements auxquels on ne peut pas toucher car les places manquent déjà dans le quartier."

Et c'est là précisément le propos d'un autre riverain inquiet. "Nous avons eu à faire venir, pour la copropriété, une entreprise pour déboucher les canalisations d’évacuation des eaux usées. Il a été très compliqué de trouver une entreprise qui puisse venir, car c’est une opération qui est longue et s’effectue en général avec un gros camion. Or, il n’y a aucun endroit où puisse stationner ce véhicule de notre côté et à notre niveau de l’avenue de l’hippodrome. Après plusieurs appels, une entreprise m’a proposé de venir de nuit (entre 2h et 4h du matin, seul moment durant lequel il n’y a pas de passage de tram), mais le devis était alors bien plus élevé", explique-t-il.

Le chef de groupe MR au conseil communal Gautier Calomne interpellera le collège au prochain conseil communal du 24 octobre. "Nous ne comprenons pas l'absence de concertation avec les riverains dans la phase préparatoire du projet. Les riverains ont 13 places libres (sans réservation, garage, kiss and ride) pour 400 ménages d'habitation. Ils ne peuvent déjà plus réaliser des travaux d'entretien aussi basiques que le curage des égouts. Or le projet Stib actuel réduit encore leur nombre de places disponibles", explique-t-il.

De son côté, Yves Rouyet (Ecolo), échevin de la Mobilité, précise que le projet est encore amendable. "L'objectif de la réunion d'information est de présenter le projet mais aussi d'entendre les remarques des riverains. Le projet reste discutable sauf pour un point : la mise en contresens des bus. Cette mesure est essentielle car les bus sont bloqués en haut de l'avenue de l'Hippodrome, les gens s'y retrouvent entassés, il y a des écoles à desservir et cette mesure très simple va permettre de débloquer les transports en commun et améliorer la qualité de vie dans le quartier", conclut-il.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be