Étendre le métro bruxellois vers Grand-Bigard coûterait entre 300 et 450 millions… un tiers juste pour aller jusqu’à la Basilique

En commission, la ministre Van den Brandt a livré les chiffres d'une étude quant à l’extension du métro vers le nord-ouest.

Romain Masquelier
Étendre le métro bruxellois vers Grand-Bigard coûterait entre 300 et 450 millions… un tiers juste pour aller jusqu’à la Basilique
©BAUWERAERTS DIDIER & Belga

Alors qu’au nord, au sud-ouest et à l’est, les lignes de métro bruxellois se prolongent presque jusqu’aux frontières de la Région (Roi Baudouin, Érasme, Stockel, Herrmann-Debroux), la ligne du nord-ouest s’arrête à Simonis, en bordure du parc Elisabeth… à savoir à plus de trois kilomètres de la frontière régionale et du Rand.

Interrogée ce mardi en commission mobilité par le député David Weytsman (MR), la ministre régionale Elke Van den Brandt (Groen) a livré les projections financières d’une étude qui s'est penchée sur l’extension du métro en direction du nord-ouest.

"L'étude comprend une première estimation des coûts, sous forme d'une fourchette de l'ordre de 300 millions à 450 millions, pour l'extension jusqu'à Grand-Bigard (tunnel, tunnelier, équipement, stations). L'extension jusqu'à la Basilique représente un peu plus du tiers, mais il n'est pas possible d'appliquer une règle de proportionnalité", indique la ministre Groen. Un budget qui dépend du nombre de stations.

Si le métro 3 est prévu pour 2032, cet hypothétique projet d'extension occidentale nous plongera dans des délais encore plus longs… du "long voire très long terme". Entre-temps, les autorités régionales planchent d'abord sur un réaménagement de l'avenue Charles Quint, qui selon la ministre constitue "un mur entre des quartiers, un mur qui coupe et pollue beaucoup". "Il n'y a pas d'incompatibilité avec une extension du métro en souterrain à un horizon plus lointain", assure l'écologiste, elle-même habitante du nord-ouest bruxellois.

Si extension vers Grand-Bigard il y a, il s'agira du premier terminus en Région flamande. Pour la création de parking de dissuasion, élément indispensable d'une stratégie de désengorgement, ce sera donc la Flandre qui aura la main. Un premier point de délestage est prévu à la gare de Grand-Bigard (commune de Dilbeek)… Mais what else? "Bruxelles Mobilité est en contact régulier avec la Vervoerregio Vlaamse Rand et n'a pas d'information quant à la création d'un nouveau Park and Ride dans la commune de Dilbeek."

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be