Les véhicules électriques se multiplient à Bruxelles, les incendies aussi: "Cette augmentation devrait s’intensifier dans les années à venir

En 2021, les pompiers ont dû intervenir à 19 reprises pour des feux de véhicules électriques.

Ro.Ma.
Les véhicules électriques se multiplient à Bruxelles, les incendies aussi: "Cette augmentation devrait s’intensifier dans les années à venir
©Siamu

Le 11 février, une voiture électrique prenait feu au niveau -3 d'un parking rue Ravenstein, posant de nombreux problèmes d'accès aux pompiers. Mi-avril, ce sont une vingtaine de scooters électriques qui se sont embrasés… À chaque fois, la même méthode utilisée par les hommes du feu. "On doit immerger la batterie dans de l'eau pendant deux ou trois jours dans l'eau", nous explique Walter Derieuw, porte-parole du Siamu.

À cet effet, les pompiers bruxellois ont acquis un large conteneur permettant de stocker une grande quantité d'eau. Outre ce bassin, les pompiers vont acquérir un "élévateur télescopique" pour "remonter en surface les carcasses de véhicules électriques qui auraient brûlé dans un parking souterrain". De même, un partenariat a été scellé avec l'usine Audi de Forest, qui met également à disposition un autre conteneur. "Pour les trottinettes par exemple, on improvise : on dispose d'autres conteneurs, et on utilise une bâche pour imperméabiliser."

Et il faut dire que la demande en équipement se fait de plus en plus sentir. Selon les données de Pascal Smet (Vooruit) interrogé au Parlement régional par le député Jonathan de Patoul (Défi), le Siamu est intervenu à 19 reprises en 2021 pour des feux de véhicules électriques (voitures, mais également trottinettes, scooters)… contre seulement quatre interventions en 2020. Pour ces premiers mois de 2022, le Siamu compte déjà huit interventions de ce type. "Compte tenu de l'évolution attendue du parc des véhicules en Région bruxelloise, cette augmentation devrait s'intensifier dans les années à venir", avertit le secrétaire d'État en charge de la Lutte contre les incendies.

Dans la réponse parlementaire, une série de "manquements" sont identifiés dans la gestion de ce type de sinistre, notamment au niveau de la prise en charge et du recyclage des batteries. Une situation jugée "inquiétante" par le député Défi : "Le problème semble connu des autorités régionales et fédérales, mais le flou subside quant à la gestion."

Se garer “le plus près possible de l’entrée”

Les interventions des pompiers en souterrain, malgré le futur chariot, s'avèrent particulièrement malaisées à cause des dégagements de fumée… et surtout quand la voiture est garée à un endroit difficile d'accès. Selon Pascal Smet, "le Siamu conseille effectivement de stationner les véhicules électriques le plus près possible de l'entrée" des parkings. Un avis qui fait également réagir le député amarante. "Actuellement, c'est encore possible. Mais d'ici quelques années avec le calendrier de la Zone Basses Émissions, tous les véhicules seront électriques."

Selon le ministre, "le niveau de sécurité incendie" de nombreux parking souterrain est d'ailleurs jugé comme "plutôt faible". Équiper les parkings étant extrêmement onéreux, l'enjeu, selon le porte-parole des pompiers, est donc de réglementer les nouvelles constructions, "avec des cloisonnements, des aspirateurs de chaleur et de fumée, des détecteurs".

Le sapeur-pompier bruxellois rappelle également qu'il est impératif d'utiliser "les câbles du fabricant", car l'usage de dispositif non homologué peut avoir de lourdes conséquences.

Autre problématique : les eaux. "Il n'existe pas, à ce stade, de guidelines et procédures établissant si les eaux d'extinction et d'immersion de ces batteries doivent être à considérer comme polluantes et comment se font la récupération, le transport et le traitement de ces eaux", concède le mandataire socialiste dans sa réponse écrite. Lors des dernières interventions, les pompiers ont donc fait appel à des firmes privées.

Dans sa réponse au député amarante, Pascal Smet indique qu'un arrêté régional est en cours de préparation sur cette problématique des incendies. Un groupe de travail a également été lancé au niveau fédéral, avec des conclusions "attendues pour la fin de l'année".

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be