Le bois de la Cambre divise toujours Uccle: "Une fois de plus, ce collège insupportable de la Ville de Bruxelles agit sans concertation"

Malgré des concertations avec la Ville sur la question du stationnement, Uccle confirme ses démarches en justice.

Duchemin Maël
Le bois de la Cambre divise toujours Uccle: "Une fois de plus, ce collège insupportable de la Ville de Bruxelles agit sans concertation"

À l’agenda du dernier conseil communal d’Uccle : un accord de principe entre Uccle et Bruxelles sur le stationnement dans le bois de la Cambre. La commune demande en effet à la Ville d’autoriser les titulaires d’une carte professionnelle qui travaillent aux cliniques de l’Europe (Sainte-Élisabeth) à stationner gratuitement dans le bois. Depuis le 1er mai, la Ville de Bruxelles y a rendu le stationnement payant, ce qui entraîne un report sur les voiries uccloises. Bruxelles souhaitait par ce changement créer un roulement et éviter la présence de voitures ventouses dans la forêt.

Partant de cette motivation, le conseiller Défi peine à comprendre ce qui pousse Bruxelles-Ville à accepter la demande d'Uccle. "Ils veulent limiter les voitures ventouses et acceptent que des travailleurs se garent ici toute la journée…" Emmanuel De Bock s'interroge alors sur l'égalité de traitement avec les autres travailleurs du secteur. La majorité uccloise répond alors que l'hôpital Sainte-Élisabeth est un pôle majeur d'emploi avec un peu moins de 2 000 travailleurs et donc que, si aucun acteur n'est comparable, un défaut d'égalité de traitement semble difficile à justifier.

L'élu Défi s'inquiète également d'une potentielle demande de compensation de la Ville. "Pour l'instant, il ne s'agit que d'un accord de principe, nous explique le cabinet de Bart Dhondt (Groen), échevin chargé de la Mobilité pour Bruxelles Ville. Je ne peux donc pas encore dire s'il y aura une compensation ou pas, ni sous quelle forme."

L’une des pistes évoquées serait de redonner à la Ville de Bruxelles une partie des recettes perçues par Uccle pour les cartes professionnelles. Concernant les 477 cartes délivrées pour les cliniques, ce montant s’élève à environ 350 000 euros. Selon l’échevin ucclois Thibaud Wyngaard (Ecolo) chargé de la Mobilité, si ce dispositif se met en place, il y aura une hausse du nombre de demandes de carte pour Sainte-Élisabeth et donc aussi une hausse des recettes.

Une majorité alternative

Lors du conseil, le bourgmestre Boris Dilliès (MR) a comparé le changement de politique de stationnement de la Ville à la décision de fermer le bois aux voitures, il y a deux ans. "Une fois de plus, ce collège insupportable de la Ville de Bruxelles agit sans concertation. Ces gens travaillent comme ça : ils font les choses et ils les modifient uniquement si la justice leur tord le bras." Et cette action en justice sur la fermeture du bois n'est d'ailleurs pas finie.

Après l’action en référé qui lui a été favorable, mais qui débouche sur une situation temporaire, Uccle avait introduit une procédure "au fond" en janvier dernier censée déboucher sur un jugement définitif.

Ce jeudi, la commune a dû demander une nouvelle fois l’avis de son conseil communal pour poursuivre cette action sur le fond. La Ville de Bruxelles remettait en effet en cause le mandat de l’avocat d’Uccle, désigné en 2020. Comme lors de la première demande, la majorité uccloise était divisée.

Ecolo a voté contre, le MR a voté pour la poursuite des procédures. Une majorité alternative s’est donc formée avec Défi, "Uccle en avant", et les Engagés. Le PS s’est abstenu.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be