Près d’1,5 milliard d’euros pour la mobilité bruxelloise en 2023, opposition doute de ses choix.

Soit 125 millions de plus qu’en 2022. La Stib s’octroie une très grosse partie du gâteau.

Fin juillet, 651 postes avaient déjà été comblés mais de nouveaux se sont ouverts en cours d'année.
La Stib récupère une grande partie du budget Mobilité 2023. ©Shutterstock

Le gouvernement bruxellois a opté pour un renforcement des moyens dévolus l’an prochain à la mobilité, malgré le contexte de crise. Sans en remettre le principe en cause, l’opposition n’a pas manqué mardi de poser de nombreuses questions sur leur affectation. Avec un budget pour la mobilité s’élevant à 1,448 milliard d’euros en 2023 -125 millions d'euros de plus qu’en 2022-, "nous prenons nos responsabilités tant vis-à-vis des Bruxellois aujourd’hui que des générations futures dans le cadre de la transition climatique", a dit d’emblée la ministre Elke Van den Brandt exposant en détail le projet du département Mobilité pour l’année prochaine, en commission de la Mobilité du parlement.

Dans ce montant, la Stib se taille la part du lion (1,19 milliard dont 430 millions d’euros en investissements) pour la poursuite du chantier de construction de l’axe de métro nord-sud, pour l’extension du réseau de tram et l’achat de nouveaux tramways TNG (15 à 20), la mise en œuvre des dernières étapes du Plan directeur bus et l’électrification progressive du charroi de bus (quatre lignes d’ici deux ans). En vue également, l’augmentation des fréquences sur les lignes de bus en soirée et le dimanche, et matin et soir sur plusieurs lignes de tram très fréquentées (3, 4, 7, 8, 25, 55), Des aménagements PMR sont prévus l’an prochain par exemple dans les stations Parc, Anneessens, Jacques Brel, Simonis et Madou.

Lire aussi >> Faut-il limiter la vitesse des tramways ?

Le gouvernement bruxellois a également décidé de prendre en charge le coût de l’indexation des salaires des milliers d’emplois de la Stib moyennant le maintien des tarifs actuels au bénéfice de la population et l’extension à la catégorie des 65 +, du bénéfice de l’abonnement à 12 euros par an actuellement accordé aux jeunes.

Autre priorité du budget Mobilité, selon la ministre, la sécurité routière à laquelle 17 millions d’euros sont prévus en 2023 afin de mettre en place la Vision zéro, (mort et blessé à l’horizon 2030). L’opposition MR et la N-VA ont mis en doute les choix de la ministre sur ce plan et regard de la hausse sensible des accidents mortels et avec blessés depuis le début de l’année.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be