Etterbeek interdit les travaux du métro entre Thieffry et Hankar : Écolo dénonce “un caprice à 400.000€”, De Wolf parle de “malentendu avec la STIB”

Le chantier de la Stib prévu le week-end du 11 novembre à la station de métro Hankar à Etterbeek a été interdit in extremis par le Bourgmestre Vincent De Wolf. Le coût du report des travaux s’élève à 400.000€. Le chantier est reprogrammé à Pâques. De Wolf parle d’un “imbroglio” et de “salubrité publique”.

Julien Rensonnet
La zone de chantier de la STIB se situe à une encablure de la station de métro Thieffry, en contrebas des maisons de la rue Aviateur Thieffry à Etterbeek, sous le pont de chemin de fer du boulevard Louis Schmidt.
La zone de chantier de la STIB se situe à une encablure de la station de métro Thieffry, en contrebas des maisons de la rue Aviateur Thieffry à Etterbeek, sous le pont de chemin de fer du boulevard Louis Schmidt. ©Google Street View

C’est un imbroglio entre la STIB et la commune d’Etterbeek qui aura de lourdes conséquences financières. Rappelez-vous : durant le dernier week-end de l’Ascension, soit les 11, 12 et 13 novembre 2022, la STIB prévoit des travaux “importants” à hauteur de la station Hankar, à Etterbeek. Mais la veille même du début du chantier, le gestionnaire du réseau de transport en commun bruxellois doit tout annuler. En cause, un arrêté de police pris par le Bourgmestre Vincent De Wolf (MR) interdisant l’opération. Motif : “une atteinte indéniable à l’ordre public”. Une décision “défendue par tout le Collège communal etterbeekois”. Les édiles craignent en effet des nuisances sonores pour les riverains du site Exobois, à Thieffry. De Wolf assure alors que la STIB est au courant de l’interdiction de déroger aux horaires “depuis près d’un mois”. Cette dernière a tenté un recours en extrême urgence au Conseil d’État, qui a donné raison à la Commune. Pas de chantier donc, mais pas de métro non plus le 11 novembre. Les trains sont cependant repartis les 12 et 13.

La zone de chantier de la STIB se situe à une encablure de la station de métro Thieffry, en contrebas des maisons de la rue Aviateur Thieffry à Etterbeek, sous le pont de chemin de fer du boulevard Louis Schmidt.
La zone de chantier de la STIB se situe à une encablure de la station de métro Thieffry, en contrebas des maisons de la rue Aviateur Thieffry à Etterbeek, sous le pont de chemin de fer du boulevard Louis Schmidt. ©Google / EdA

Pour rappel, les travaux visent à déplacer 150m de voie de garage du dépôt Delta à la station Hankar. L’objectif : créer à Hankar un nouvel accès du dépôt vers la voie d’exploitation des lignes 1 et 5, avec l’ambition d’augmenter les fréquences. Le chantier comprend la mise en œuvre de 210 tonnes de ballast, le remplacement de 165 traverses, le placement de 130 nouvelles traverses, de 600m de nouveaux rails et d’un aiguillage, et enfin l’évacuation des anciens matériaux. Si Hankar se situe sur Auderghem, la STIB nous précise que les ouvriers doivent manœuvrer via un accès “entre Thieffry et Hankar”, d’où l’inquiétude etterbeekoise pour les habitants de la rue Aviateur Thieffry. Le site, en contrebas des ponts Fernand Demany et du bvd Louis Schmidt, constitue en effet l’un des deux seuls accès aux lignes du réseau.

”Facture bien salée”

Ce mardi 10 janvier 2023 en Commission Mobilité du Parlement bruxellois, la députée bruxelloise Isabelle Pauthier (Écolo) a interrogé la Ministre Elke Van den Brandt (Groen) sur les conséquences de cette “regrettable affaire”. Celle-ci, absente pour raison médicale jusqu’à fin février, a répondu par l’intermédiaire de la Secrétaire d’État Barbara Trachte (Écolo). On comprend d’abord que la STIB “a été prise au dépourvu” par la décision du Bourgmestre. En effet, l’interdiction des chantiers lors des week-ends et jours fériés prévue par le RRU (Règlement Régional d’Urbanisme) ne s’applique pas aux travaux d’infrastructure du métro. D’où le recours de la STIB au Conseil d’État, “pour éviter des précédents en matière de l’application du RRU”. Trachte souligne qu’une visite de terrain a eu lieu le 15 juin avec Bourgmestre et riverains, suite à quoi étude acoustique a été menée. Les riverains ont en outre reçu un toute-boîte le 27 octobre. L’info a aussi été répercutée sur toutes les plateformes de la STIB.

guillement

400.000€, c'est beaucoup pour un caprice. J'espère que les riverains n'auront pas à subir de travaux de nuit suite à ce que j'espère être une maladresse et non une manœuvre d'obstruction.

On apprend ensuite que “la décision d’interdire ces travaux a eu de graves conséquences financières et organisationnelles pour la STIB”. En effet, le personnel de chantier était mobilisé. De plus, il a fallu rappeler des conducteurs de métro pour rouler les 12 et 13 novembre. Et d’énumérer : “les préparatifs de travaux se sont avérés inutiles, tout comme la location du matériel et des véhicules spécifiques”. Ce n’est pas tout : “la STIB va devoir payer des dommages contractuels à son entrepreneur et doit assumer des coûts relatifs à la location de matériel de chantier, encore inconnus à ce jour, et qui s’ajoutent à cette facture déjà bien salée”. Les coûts totaux “sont estimés à plus de 400.000 euros”. La STIB confirme. Ce qui fait réagir Isabelle Pauthier : “400.000€, c’est beaucoup pour un caprice. Souhaitons que les riverains n’auront pas à subir de travaux de nuit suite à ce que j’espère être une maladresse et non une manœuvre d’obstruction”.

”Gesticulation politique de bas étage”

Sur la forme, le Bourgmestre d’Etterbeek supporte mal d’être taxé de “baron local qui fait n’importe quoi”. Vincent De Wolf (MR) voit plutôt dans “tout ce brol” parlementaire “une scandaleuse gesticulation politique de bas étage”. Et de dénoncer “la question téléguidée d’une députée Écolo à une ministre Écolo”.

Sur le fond, le maïeur libéral parle d’un “malentendu avec la STIB”. Et s’autorise quelques rétroactes. “Depuis 30 ans, chaque fois que la STIB entreprend des travaux via l’un de ses deux seuls accès au réseau, elle demande une dérogation”. Suite à la visite préparatoire de juin 2022, Etterbeek suggère à la STIB de changer de technique. “Là-bas, ils chargent et déchargent des tonnes de ballast. Ça génère de la poussière et, peut-être, des substances toxiques dues aux particules métalliques de freinage”, justifie De Wolf. Pour “protéger les potagers et les oreilles des riverains”, Etterbeek exige de troquer les grues à chenilles pour du matériel à pneus et de charger les graviers dans des “big bags” en tissu et ainsi “les déposer sans bruit dans les camions”.

La zone de chantier de la STIB se situe à une encablure de la station de métro Thieffry, en contrebas des maisons de la rue Aviateur Thieffry à Etterbeek, sous le pont de chemin de fer du boulevard Louis Schmidt.
La zone de chantier de la STIB se situe à une encablure de la station de métro Thieffry, en contrebas des maisons de la rue Aviateur Thieffry à Etterbeek, sous le pont de chemin de fer du boulevard Louis Schmidt. ©Google Street View
guillement

Imaginez le bruit de 280 tonnes de ballast déversées dans de gigantesques camions. Quand la STIB a compris que le sous-traitant n'avait pas respecté ses recommandation, elle était très fâchée

Là où ça dérape, c’est qu’en septembre 2022, l’entrepreneur mandaté par la STIB “débarque avec des gigantesques camions” et ne tient pas compte de ces recommandations. “Nous en avons des preuves en photo”, assure le Bourgmestre. “Imaginez le bruit de 280 tonnes de ballast ainsi déversées !” Et c’est sur cette base que le refus du chantier suivant est notifié. “La STIB prend mal ce refus. Et argue qu’elle n’a pas besoin de dérogation pour lancer le chantier” en s’appuyant sur le RRU. “Ils estiment qu’ils travaillent sur le réseau ferroviaire. Nous, nous voyons le site comme un chemin d’accès”. S’ensuit l’imbroglio juridique au Conseil d’État. “Ils sont montés dans l’arbre sans même nous téléphoner”.

Chantier reprogrammé

Depuis lors, la tension est retombée. “Le Directeur de la STIB Monsieur de Meeûs est venu me voir avec ses responsables. La réunion a eu lieu le 20 décembre 2022. C’est à ce moment que la STIB a découvert le pot aux roses, soit que son entrepreneur sous-traitant n’a pas respecté ses engagements. Ils étaient très fâchés”. Et le maïeur etterbeekois de promettre qu’il ne s’opposera plus aux chantiers futurs “s’ils couvrent le site d’un hangar insonorisé comme à Anderlecht pour l’absorption des poussières. Il en va de la santé et de la salubrité du quartier, qui ne doit pas subir seul les nuisances pour la moitié de Bruxelles”.

Du côté de la STIB, on annonce que le chantier est déjà reprogrammé. Il est prévu les 8, 9 et 10 avril, soit le week-end de Pâques. “Cela ne se déroulera pas la nuit”, précise le porte-parole Guy Sablon. “Il s’agira exactement du même scénario que celui prévu à l’origine, en accord avec le Bourgmestre Vincent De Wolf. Des mesures seront prises pour limiter encore davantage les nuisances pour les riverains”. À ce sujet, de nouvelles réunions doivent avoir lieu.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be