Le chantier de la station de métro Hankar aura lieu le 1er week-end de Pâques

La STIB examinera les mesures qui peuvent être prises pour limiter dans la mesure du possible les nuisances dues aux travaux.

Rénovation de la station de métro Hankar par la Stib (Bauweraerts Didier)
Rénovation de la station de métro Hankar par la Stib (Bauweraerts Didier)

Les ponts entre la STIB et la commune d’Etterbeek au sujet de l’impact de travaux de modernisation du réseau de métro ne sont nullement rompus, se confirme-t-il d’un courrier adressé lundi par le CEO de la STIB à la commune. Il en ressort aussi que ces travaux d’entretien et de sécurisation des infrastructures du métro dans le cadre du Programme de Modernisation et Métro (PMM), qui auraient dû être réalisés dans les environs de la station Hankar en novembre dernier sont programmés pour le week-end de Pâques, moyennent un certain nombre de mesures de gestion des nuisances à l’étude.

Ces travaux de maintenance des voies de métro prévus durant le week-end des 11, 12 et 13 novembre derniers, avaient été suspendus, sur arrêté de la commune d’Etterbeek en raison de nuisances subies par la population locale lors d’un épisode précédent, en septembre. Il n’avait nullement été tenu compte de recommandations de la commune destinées à protéger les habitants de la rue Aviateur Thieffry.

D’une réponse de la ministre de la Mobilité Elke Van den Brandt (Groen) lue en commission Mobilité du parlement, on avait appris mardi que ce report avait engendré un surcoût de 400.000 euros.

Les premiers échos de l’échange à ce sujet avec la députée écologiste Isabelle Pauthier n’avait pas fait apparaître que des discussions étaient en cours entre la STIB et la commune au sujet de ce (rare) accès au réseau ferré du métro pour les matériaux et engins de chantier situé entre les stations Thieffry et Hankar.

Se faisant le relais de l’inquiétude pour les habitants, la commune avait été particulièrement échaudée par le déchargement, en septembre dernier, de centaines de tonnes de ballast, sans égard pour la production de poussières peut-être chargées de particules métalliques dues au freinage, et de bruit et en dépit de recommandations émises en juin pour les atténuer.

D’après le bourgmestre de la commune, Vincent De Wolf (MR), il est apparu que cette opération avait été menée par un sous-traitant, dans des conditions de déchargement non connues par la STIB.

Le chantier qui avait été interdit par la commune en novembre comprend la mise en œuvre de 210 tonnes de ballast, le remplacement de 165 traverses, le placement de 130 nouvelles traverses, de 600m de nouveaux rails et d’un aiguillage, et enfin l’évacuation des anciens matériaux.

Dans son courrier adressé à la commune, le CEO de la STIB Brieuc de Meeùs confirme que conformément à une réunion qualifiée de constructive du 20 décembre dernier, la STIB examinera les mesures qui peuvent être prises pour limiter dans la mesure du possible les nuisances dues aux travaux, que celles-ci seront discutées en interne et avec Bruxelles Environnement. Le CEO précise aussi qu’une solution plus pérenne toutefois sujette à plusieurs conditions notamment budgétaires avant prise d’engagement sera esquissée pour envisager un chargement à couvert des matériaux à cet endroit.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...