Pour la 5e année consécutive, la Stib a enregistré une importante diminution du nombre d’accidents de trams. Au total, 27 accidents impliquant des tramways et des piétons ont eu lieu en 2020, ainsi que 19 collisions avec des cyclistes. Une baisse de 30% par rapport à 2019, qu’il faut cependant remettre dans le contexte de la crise sanitaire. "Même si le nombre de kilomètres parcourus par les trams de la Stib en 2020 a baissé de 7,76 % par rapport à 2019, la diminution des accidents impliquant des tramways reste très importante et confirme les bons résultats engrangés ces dernières années. En effet, depuis 2016, le nombre d’accidents de tram n’a cessé de diminuer", se réjouit la société de transport bruxelloise.

Avec l’arrivée de l’automne et la diminution de la luminosité, la STIB invite "tous les usagers de la route à redoubler de prudence à l’approche de rails de tram".  "Au début de l’automne, les rails sont plus glissants avec la chute des feuilles, rendant le freinage des trams encore plus difficile, et il y a moins de visibilité avec les jours qui raccourcissent."

La société de transport rappelle aussi qu’"un tram qui circule à 40 km/h a besoin de 40 m pour s’arrêter, ce qui représente au moins une fois sa longueur". Les trams ont d’ailleurs toujours priorité sur les autres usagers de la voie publique. "Le tram est prioritaire pour des raisons techniques et de sécurité, car il ne peut pas freiner aussi bien qu’un véhicule sur pneus. Il est donc important que les cyclistes s’écartent à l’approche d’un tram et que les piétons respectent bien les feux. Un tram en cache parfois un autre, il faut donc faire attention quand on traverse les rails. Et la fréquence est telle sur le réseau de la Stib qu’il n’est plus nécessaire de courir. Il vaut mieux attendre 5 minutes le tram suivant que se mettre en danger", rappelle Amal Kammachi, "risk & safety manager au tram".

Pour réduire le risque d’accident, la Stib met notamment en place une série de dispositifs : entre autres, une formation du personnel à la conduite défensive et à la prévention des accidents, des avertisseurs sonores à chaque arrivée et départ d’arrêt ainsi que le déploiement d’aménagements urbains dans les zones sensibles (marquages au sol, dispositifs clignotants, chicanes…).