Depuis l'introduction de la nouvelle réglementation communale sur les rodéos urbains, en mai 2020, une quarantaine de véhicules ont fait l'objet d'une confiscation administrative et une quinzaine d'une confiscation judiciaire sur le territoire de la Ville de Bruxelles, ont annoncé les autorités locales.

A l'occasion de l'ouverture de la semaine de la mobilité, le bourgmestre de la Ville, Philippe Close, l'échevin de la Mobilité, Bart Dhondt, et le chef de corps de la zone de police ont fait le point sur les efforts entrepris en matière de sécurité routière et de contrôle.

En ligne de mire: la lutte contre la vitesse excessive, l'alcool et la drogue au volant, les rodéos urbains, les cortèges de mariage, etc.

Engagée dans plusieurs de ces domaines depuis plusieurs années, la Ville a décidé en 2018, de s'attaquer aux nuisances causées par les cortèges de mariage par le biais de sanctions adminitratives (SAC) et de PV. En 2019, la commune a signé, en présence de l'asbl Parents d'Enfants Victimes de la Route, la charte SAVE qui encourage les administrations communales à mettre en œuvre une politique de sécurité routière cohérente et ambitieuse. Cette année, le bourgmestre Philippe Close a promulgué de nouvelles réglementations communales qui permettent la mise en fourrière immédiate des voitures prises en flagrant délit de rodéo urbain, doublée d'amendes aux conducteurs.

Concernant les cortèges de mariages, un total de 10 infractions ont été constatées. Depuis l'introduction de la nouvelle réglementation communale sur les rodéos en mai 2020, une quarantaine de véhicules ont fait l'objet d'une confiscation administrative et une quinzaine d'une confiscation judiciaire.

Plus largement, depuis le début de l'année 2020, la zone de police de Bruxelles-Capitale Ixelles a procédé à 13.302.741 contrôles de véhicules pour la vitesse, dont 32.076 ont reçu un PV. Durant la même période, la police a mené 117 actions de répression de la conduite en état d'ivresse, tant pendant le week-end qu'en semaine.

Des 36.454 personnes contrôlées, 576 ont été testées positives à la consommation d'alcool et 91 à la consommation de drogue.

Par ailleurs, il y a eu 9 actions de contrôle sur des motos trafiquées. 140 des 310 véhicules contrôlés étaient trafiqués.

Les autorités communales ne comptent pas mettre un terme à ces opérations. "Nous tenons à rappeler à tous que les comportements dangereux au volant sont totalement inacceptables et que chacun doit en être conscient. Nous invitons également les citoyens à contacter le numéro d'urgence 101 lorsqu'ils sont témoins d'une situation dangereuse telle que des courses urbaines. Tous ceux qui confondent Bruxelles avec un circuit automobile seront condamnés à une lourde amende. Les véhicules de conducteurs récalcitrants surpris en train de se livrer à des dérapages ou à des wheelings, etc., seront immédiatement mis en fourrière", a affirmé Michel Goovaerts, chef de la zone de police de Bruxelles-Capitale Ixelles.

Enfin, on relèvera que la brigade cycliste de la zone, également affectée à l'amélioration de la sécurité des usagers de la route, surtout les plus vulnérables, a verbalisé cette année 8.191 véhicules pour stationnement sur un trottoir ou à moins de 5 m d'un passage pour piétons. 2.845 PV et SAC ont été infligés pour non-respect des règles des zones piétonnes ou résidentielles. Toujours en 2020, l'unité des bikers a dressé 5.911 PV pour non-respect des sites propres des transports en commun et 3.708 PV pour blocage d'intersections.

Le volet policier n'est toutefois qu'une partie du plan d'action. La Ville de Bruxelles procède avec la Région à des aménagements à proximité des écoles. Mais aussi sur le parcours potentiel des adeptes de rodéo urbain. Des blocs de béton ont ainsi été placés sur la place Louis Steens, située à cent mètres de l'Atomium, sur le parcours de l'avenue du Centenaire.