Le réaménagement de la rue Wayez, l'artère commerçante du centre d'Anderlecht, prévoit de passer de 170 places de stationnement à 27. Raison pour laquelle le parking souterrain qui doit voir le jour sous la place de la Vaillance est attendu de pied ferme par les commerçants qui craignent que la clientèle ne déserte les lieux faute d'emplacements de stationnement suffisants.

Cet épineux dossier de parking souterrain est dans les cartons depuis des années et permettrait de désengorger considérablement le centre historique de la commune. Apcoa, le concessionnaire chargé de construire le parking souterrain d’une capacité de 200 places, a déposé son permis d'urbanisme à la Région en juillet. Le permis d'environnement a été déposé la semaine dernière mais le dossier n'est pas encore complet. "Nous avons demandé à la Stib de maintenir au moins 90 places de stationnement dans la rue Wayez le temps que le parking soit opérationnel", explique Fabrice Cumps (PS), bourgmestre d'Anderlecht. "L'idée est de profiter de ces travaux pour réaménager la surface sur la place de la Vaillance et en faire une place conviviale et entièrement refaite."

Cette problématique a été abordée lors du dernier conseil communal suite à une interpellation du chef de groupe MR Gaëtan Van Goidsenhoven. "La réponse communale relative au projet de parking souterrain place de la Vaillance démontre qu'on n'est pas prêt de voir le début des travaux du parking souterrain. Ceci démontre que les propos rassurants du collège sur le maintien de 90 places de stationnement provisoirement en l'attente du parking ne tient pas. En effet, les dossiers ne sont toujours pas déclarés complets, donc il est illusoire d'envisager ne fut ce que l'obtention d'un permis avant le début des travaux de l'aménagement de la rue Wayez et de l'espace situé devant la station Saint-Guidon", fustige-t-il.

Selon lui, "le collège vend aux commerçants et à la population beaucoup de mots creux et très peu de certitudes sauf en ce qui concerne la Stib, grande gagnante de l'opération". En effet, l'usage du terme de "piétonnier " est un abus de langage car ce projet est d'abord l'aboutissement de la volonté de la Stib - objectif formulé depuis plus de dix ans - de créer un site propre pour ses véhicules sur la rue Wayez jusqu'à la rue Janson".

"Pire, l'ancienne et légitime revendication de la commune de voir enfin la Stib investir afin d'améliorer et de moderniser la station Saint Guidon n'a pas été retenue, il est vrai que cela avait un certain coût mais comment prétendre ensuite comme fait le collège que le projet de la Stib s'intègre à un projet plus vaste de réaménagement du centre communal ? La commune subit sans vison ni perspective un projet dont l'objectif n'est pas de résoudre les difficultés d'attractivité du centre communal ni même la mobilité anderlechtoise, mais seulement d'améliorer la vitesse commerciale des véhicules de la Stib."