La Flandre entend supprimer la sortie 12 du ring à l’horizon 2025. Une décision vue d’un très mauvais oeil par le bourgmestre de Berchem-Sainte-Agathe, Christian Lamouline (CDH), puisque l’accès à sa commune sera dès lors rendu plus compliqué.

Un courrier a été envoyé, au nom du collège communal, au ministre-président Rudi Vervoort (PS) et à la ministre de la Mobilité Elke Van den Brandt (Groen). Dans la missive, le bourgmestre demande à la Région bruxelloise pour qu’une concertation soit organisée au plus vite.

"Nous avons eu une réunion ce jeudi avec les représentants de De Werkvennootschap qui nous ont présenté le projet, pour lequel nous n’avons pas été concertés. On a l’impression d’être mis devant le fait accompli et que le projet est bouclé", déplore Christian Lamouline.

Marijn Struyf, porte-parole de De Werkvenootschap, explique que les travaux devraient commencer après l’été 2022. "Notre projet de réaménagement de la sortie 13 à Dilbeek entraînera également la fermeture de la sortie 12. Le projet est en phase finale d'étude cette année. Nous espérons pouvoir commencer les travaux après l'été 2022. Les travaux dureront trois ans. Ensuite, la sortie 12 sera définitivement fermée", explique-t-il. "Il est probable que nous devions également fermer la sortie 12 pendant les travaux afin de réaliser la nouvelle 'boucle de retournement' (une sorte de voie parallèle qui permettrait de passer sous le pont pour rejoindre la chaussée de Ninove, NDLR)."

"Cette fermeture d’entrée et de sortie 12 pose problème car cela va forcer les habitants à prendre d’autres chemins, comme à travers des rues résidentielles", déplore Christian Lamouline. "Cette mesure va conduire à un engorgement de la Dansaertlaan et de l’avenue Charles Quint, qui sont déjà trop souvent embouteillées."

Le cabinet de la ministre de la Mobilité Elke Van den Brandt assure de son côté qu’une concertation est toujours en cours. "Il est trop tôt pour une que la Région bruxelloise prenne position, la concertation est  en cours. Ce qui est sûr, c'est que les objectifs de la Région bruxelloise concernant l'apaisement des quartiers, la diminution du trafic et l'amélioration de la qualité de l'air ne peuvent pas être compromis et sont toujours les pré-requis des discussions", assure Marie Thibaut de Maisières, porte-parole de la ministre.