Depuis lundi dernier, un nouveau plan de circulation est entré en vigueur dans le Bois de la Cambre, où la circulation se concentre dans l’avenue de Diane pour un test de deux mois. Farouche opposant à la fermeture du bois, le bourgmestre d'Uccle Boris Dilliès (MR) a joint la parole aux actes en intentant une action en justice contre la Ville de Bruxelles.

Quel est votre regard sur le nouveau sens de circulation en vigueur depuis ce lundi ?

"On ne peut pas faire de bilan si rapidement dans une situation où le télétravail et la météo jouent un rôle. L’objet du recours, c’est sur la méthode choisie par la Ville de Bruxelles. La méthode ne convient pas car le conseil communal a voté à l’unanimité une motion et la Ville n’a rien retenu du contenu du texte voté. Uccle n’a pas à devoir mendier le respect de la part de la Ville."

Pourtant, Uccle a été concertée lors de l’élaboration du nouveau plan de circulation...

"Justement, nous avons eu pendant trois mois des réunions qui devaient être des réunions de concertation. En réalité, il s'agissait de réunions d’information. Quand on m’a présenté les différents projets et qu’on m’a dit que la Ville de Bruxelles retenait le scénario que l’on connaît aujourd’hui, je le trouvais trop extrême. Il se fait au détriment de la qualité de vie des Ucclois puisqu’il ne réserve que 15 % du bois de la Cambre aux voitures. J’ai dit ce que j’en pensais. Et Philippe Close (bourgmestre PS de la Ville de Bruxelles, NDLR) m’a dit : 'j’assume.' C’était donc une réunion d’information."

Concrètement, en quoi consiste la procédure qui va être engagée contre la Ville et qu’espérez vous obtenir ?

"Le recours est introduit en référé auprès du tribunal de première instance. Nous avons trois demandes. Qu’il y ait des critères qui définissent qu’au bout des deux mois de test, on définisse si c’est positif ou négatif. Là-dessus, pas de réponse. On demande encore qu’il y ait un expert indépendant qui soit mandaté pour qu’il puisse objectiver les impacts sur les différents acteurs et, enfin, on demande la réouverture de la boucle sud du bois de la Cambre."

Ecolo, votre partenaire de majorité, regrette l’action intentée par la commune et aurait préféré attendre les conclusions du test. Comprenez-vous cette position ?

"Il n’est pas anormal qu’il y ait des divergences de vues au sein d’un collège échevinal. Une majorité, ce n’est pas un bloc soviétique, ce n’est pas un seul parti. Il y a trois familles politiques différentes avec des valeurs différentes. Notre ligne de conduite, c’est la déclaration de politique générale. Dedans, il n’y a pas un seul mot sur le bois de la Cambre car sa fermeture n’était pas prévue. N’en déplaise à certains, on est un collège qui s’entend et qui fonctionne bien, mais il peut y avoir des dissensions, d’autant qu’Ecolo est présent dans la majorité à la Ville et à la Région."