Ce mardi, le collège anderlechtois a demandé au gouvernement bruxellois de renoncer à l’aménagement actuel du boulevard Sylvain Dupuis, près du ring, réduit à une bande de circulation depuis le début du mois de juin. Le cabinet de la ministre bruxelloise de la Mobilité a annoncé qu'un projet adapté sera présenté à la commune le mardi 29 septembre.

De son côté, Gaëtan Van Goidsenhoven, député MR au parlement bruxellois et chef de groupe de l'opposition MR au conseil communal, salue ce revirement de situation. "Après presque quatre mois de chaos, le bon sens l'emporte face aux aménagements du Sylvain Dupuis", explique-t-il.

"Le 1er juin dernier, sans être informés, les citoyens anderlechtois - au premier rang desquels les riverains et commerçants - assistaient au traçage de nouvelles pistes cyclables sur le Boulevard Sylvain Dupuis. Sans information, sans concertation, profitant d'un jour férié, la Région imposait de nouveaux aménagements qui supprimaient une bande de circulation de part et d'autre du boulevard en faveur d'une bande bus-taxis-vélos. Si chacun convenait que la sécurité du boulevard pouvait être améliorée, pareil aménagement, de l'aveu même de la police zonale, accroissait gravement la dangerosité de la voirie à l'égard de l'ensemble des usagers en créant des files jusqu'au ring et en complexifiant les entrées et sorties du Westland Shopping. Les riverains se voyaient coincés dans leur venelle ou envahis, pour d'autres, par un trafic de transit cherchant désespérément une issue. Cyclistes et transports en communs n'y retrouvaient même pas leur compte dans cet aménagement absurde et velléitaire. Enfin, l'accessibilité du Westland en plein réaménagement se voyait durement hypothéqué", poursuit le député.

"Face à la mobilisation citoyenne et à celle du MR, tant au conseil communal qu'au parlement bruxellois, la pression devenait insoutenable pour le collège qui demande officiellement d'abandonner l'aménagement actuel du boulevard et de proposer des solutions alternatives qui seraient, cette fois, concertées avec la population et les commerçants", conclut-il.