Ce lundi, une septantaine de chauffeurs de taxi ont manifesté devant le palais de justice pour protester contre le non-respect de l’ordonnance transitoire (le fameux "sparadrap 2").

Le député Hicham Talhi (Écolo) a interpellé ce vendredi le ministre président bruxellois à ce sujet. "On voit sur le terrain des taxis de tout le pays. J’ai moi-même en l’occasion de voir des taxis venus de Bruges, de Hasselt, de Gand et qui roulent et maraudent en toute illégalité à Bruxelles avec la complicité de Uber. De plus, les LVC wallonnes et flamandes continuent à marauder à Bruxelles en toute illégalité", s’indigne l’écologiste.

Mais visiblement, la situation est en train de changer à partir de ce vendredi de veille de Noël, car l’ordonnance vient d’être publiée au moniteur belge. Rudi Vervoort (PS) a indiqué dans l’hémicycle que "les contrôles ont commencé et vont s’intensifier puisque maintenant l’ordonnance est entrée en vigueur".

Les règles seront d’ailleurs rappelées aux différentes plates-formes. Satisfaction donc du côté d’Écolo. "On va enfin avoir une remise en ordre par rapport à cette ordonnance transitoire", se réjouit Hicham Talhi.

Une "trahison" pour l’opposition libérale. "La décision du gouvernement bruxellois pourrait, de facto, interdire à 1.000 chauffeurs de rouler. C’est une véritable trahison. Et le timing de l’annonce, le 24 au matin, est cynique puisqu'il n'y a plus de commissions avant le 11 janvier et donc plus de possibilités de débattre. Je n'accepte pas cette décision qui laisse 1.000 familles sur le carreau. C'est pourquoi nous demandons la tenue d'une commission spéciale la semaine prochaine", s’est indigné le député David Weytsman (MR).