Bruxelles Mobilité Entre l’inauguration de la chaussée d’Ixelles et le début des travaux de part et d’autre de celle-ci, les commerçants ont pu apprécier le nouvel espace partagé.

Ce matin, une fuite de gaz a provoqué la fermeture de plusieurs commerces de la place Fernand Cocq pendant quelques heures. Un incident déclenché par une erreur de manipulation sur le chantier qui a lieu en ce moment sur la place (lire ci-dessous). Pour les commerçants, il s’agit d’un nouveau frein au bon fonctionnement de leur magasin ou restaurant.

La fin du chantier - qui a redémarré début janvier après une pause de quelques mois - est annoncée pour le 30 avril prochain. Une date butoir que les commerces de la chaussée d’Ixelles et de la place Fernand Cocq attendent avec impatience.

"Rien que depuis le début des travaux il y a un mois, j’ai déjà perdu 40 % de mon chiffre d’affaires", déplore Ahmed de l’Atelier du Boucher sur la place Fernand Cocq. "Aujourd’hui avec cette fuite de gaz, c’est une véritable perte sèche pour nous. On a pu livrer uniquement les commerces aux alentours. Cette situation a ajouté du chaos à celui déjà existant avec les travaux."

Cependant, les commerçants sont convaincus : les affaires rouleront bien une fois que les chantiers de part et d’autre de la chaussée d’Ixelles seront terminés. Car depuis la reprise des travaux, les bus 71 et 95 ne passent plus par la chaussée, un gros bémol pour les magasins.

"D’abord, on a eu le chantier devant notre trottoir, c’était très compliqué. Après, on a pu tester ce nouvel espace partagé qui était assez convaincant. Ça tournait bien, les bus continuaient de nous amener des clients mais les gens pouvaient aussi circuler à pied, c’était rigolo. Maintenant que les bus ne passent plus, on voit de nouveau notre chiffre d’affaires baisser", raconte Olivier Bruynincx, gérant du magasin de couture Bernina Brussels.

Même son de cloche du côté de la Porte de Namur: "On a apprécié la pause des travaux pendant laquelle les clients ont pu découvrir à quoi ressemblait la nouvelle chaussée", assure une vendeuse. "Ils semblaient contents du résultat et nous l’étions aussi. Par contre, là c’est le chaos : l’entrée à la Porte de Namur ne donne pas envie de venir faire les magasins ici."

À la Région , à l’initiative de cet espace partagé, le premier bilan est positif. "S’il est difficile d’évaluer le projet, les premiers échos des commerçants étaient bons. La phase entre les deux chantiers s’est assez bien passée, tout le monde y avait trouvé sa place", explique Marc Debont, porte-parole du ministre bruxellois de la Mobilité Pascal Smet (SP.A). "Il y avait une satisfaction générale de voir revenir la foule le samedi."

Pour le cabinet du ministre, les deux chantiers en cours permettront encore plus de visibilité sur l’artère. Une façon d’éviter les infractions des automobilistes qui ont encore eu lieu pendant la pause entre l’inauguration du nouvel espace et la reprise des travaux. Pour rappel, les voitures sont interdites sur la chaussée pendant la journée.

© de kerchove