Ils ont manifesté pour montrer leur soutien à huit de leurs collègues ou confrères qui sont poursuivis par la Fédération Belge des Taxis (Febet) et certaines compagnies de taxis bruxellois.

Des dizaines de chauffeurs LVC (location de voiture avec chauffeur) se sont rendus devant le palais de justice de Bruxelles, mardi vers 10h00. Jusqu'en fin de matinée, ils y ont manifesté pour montrer leur soutien à huit de leurs collègues ou confrères qui sont poursuivis par la Fédération Belge des Taxis (Febet) et certaines compagnies de taxis bruxellois. Ces derniers ont fait appel d'un jugement en faveur des chauffeurs LVC travaillant avec la plateforme Uber. Le procès débute jeudi. "L'Association Belge des Chauffeurs Limousine (ABCL) est attristée que la Febet choisisse à nouveau de saisir la justice alors que le tribunal a déjà confirmé que les services intermédiaires d'Uber et les services de transport fournis par les chauffeurs LVC sont légaux", a expliqué lundi le porte-parole de cette association, Fernando Redondo.

"Deux cent entreprises sont en danger", ont scandé les manifestants mardi. "Les chauffeurs LVC espèrent que le juge d'appel confirmera la décision rendue en première instance le 16 janvier 2019", a encore déclaré Fernando Redondo.