Ceux qui aiment voyager les ont peut-être vus dans l’une ou l’autre métropole. Les arrêts de bus avec des "toits végétaux" se multiplient et séduisent par leurs multiples avantages (ressources alimentaires pour les pollinisateurs, effet rafraîchissant…). Le député bruxellois Marc Loewenstein (Défi) appelle les instances régionales à s’inspirer des villes d’Utrecht et Leicester, qui ont adopté avec succès ce dispositif.

"Malgré la diversité des opérateurs et gestionnaires des abribus à Bruxelles, nous devrions être en capacité de développer ce type de dynamique. Une telle initiative contribue positivement à la biodiversité et à la résilience climatique, elle permet également d’absorber l’eau de pluie et à réduire l’effet "îlot de chaleur urbain" en captant l’air pollué."

Du côté de la ministre bruxelloise de la Mobilité, Elke Van den Brandt (Groen), on trouve l’idée "séduisante". Mais mettre à brûle-pourpoint de la terre et des plantes sur les toits des arrêts de la capitale semble toutefois malaisé… "Une telle végétalisation ne serait toutefois pas possible à l’heure actuelle, car les abris existants ne sont pas prévus pour cela. Pour ce faire, énormément d’adaptations devraient avoir lieu, alors que la plupart des abris sont anciens qu’il est prévu de les remplacer une fois que l’abri régional se sera concrétisé", a indiqué en commission la ministre, qui ouvre la porte au dispositif pour les prochains aménagements. "Il est prévu d’intégrer le concept de toitures végétalisées dans le projet d’abris régionaux", promet l’écologiste.

Notons que la société de transport bruxelloise a déjà lancé d'autres initiatives en termes de végétalisation. Entre autres, une zone de biodiversité a été aménagée en 2020 sur le site de l’arrêt Jacques Brel. Le site du dépôt Marly dispose d’une "zone d’infiltration". Une végétalisation aura aussi lieu le long du quai Demets dans le cadre du chantier de rénovation de l’usine centrale à Anderlecht.

"La végétalisation est un concept bien connu et appliqué par la STIB dans nombre de ses nouveaux projets", conclut la ministre Groen.