A vélo, en trottinette ou à pieds, touristes et Bruxellois se sont appropriés les rues de la capitale ce dimanche. Depuis 9h30, celle-ci est la plus grande zone sans voiture d'Europe. Le temps d'une journée, Bruxelles fait ainsi la part belle à la mobilité douce, n'acceptant que les véhicules possédant une dérogation.

Une journée particulièrement appréciée des enfants. "Viens, on fait la course, s'écrie Amine en enfourchant son vélo. Le premier qui arrive au bout de la rue et qui revient a gagné !" A quelques mètres de là, Marine et Jacques ont également sorti leur bicyclette. "Même si ça commence à changer, la voiture prend beaucoup de place dans l'espace public. Aujourd'hui, c'est nous qui avons la priorité et ça fait du bien", se réjouissent les retraités.

Installée dans le parc de Bruxelles, Chloé fait le déplacement chaque année. "J'habite Wavre et je trouve que c'est une bonne occasion de faire découvrir la capitale aux enfants. On prend leurs vélos, on prépare un pique-nique et on profite de la ville et de la bonne humeur générale."

Sur la place Poelaert, Anne profite d'une petite pause dans sa balade entre amis pour apprécier le panorama. "Ce que j'apprécie surtout lors du dimanche sans voiture, c'est le calme. Surtout à Bruxelles qui est une ville très congestionnée, note-t-elle. Et puis, ça me permet de me sentir plus en sécurité, je peux rouler à vélo sans avoir peur de me faire renverser."

Si la Bruxelloise se sent plus en sécurité, celle-ci n'est en réalité pas toujours garantie. Non-respect des feux de signalisation, piétons marchant au milieu de la route et cyclistes roulant à contresens : de nombreux amateurs de la journée sans voiture semblent avoir oublié l'existence du Code de la route, pourtant toujours en vigueur. "Environ 15 000 laissez-passer ont été accordés à des automobilistes. Le nombre de voitures en circulation est donc moindre par rapport à d'habitude mais cela ne signifie pas qu’il n’y a pas de circulation. C’est la raison pour laquelle nous insistons auprès des piétons et cyclistes sur l’importance de bien respecter le Code de la route, les bandes de circulation, etc.", indiquait vendredi la zone de police de Bruxelles-Ixelles.

De son côté, la ministre de la Mobilité Elke Van den Brandt (Groen) s'est réjoui que la journée se soit déroulée "sans incident réel". Si aucun chiffre définitif n'est encore disponible, l'événement a attiré de nombreuses personnes, principalement des Bruxellois alors que moins de Wallons et de Flamands ont rejoint la capitale cette année, a souligné la ministre. Par ailleurs, 15 154 dérogations permettant de circuler en voiture avaient été accordées, soit moins que l'an passé, a-t-elle ajouté.