L’accident a relancé le débat sur le trafic dans l’avenue Marie de Hongrie.

Une ambulance et une équipe Smur ont déboulé à quelques dizaines de mètres de l’Athénée Royal de Ganshoren dans l’avenue Marie de Hongrie ce lundi en fin de journée. Un accident de roulage venait de s’y dérouler vers 17h50. Une piétonne a été percutée sur un passage clouté par un véhicule.

La victime, prénommée Gabrielle et âgée de 92 ans, était consciente à l’arrivée des pompiers et a été transportée à l’hôpital universitaire de Jette. Elle a été blessée à la tête et aux jambes. “Ce lundi soir, elle était toujours considérée comme gravement blessée suite au choc. Plusieurs témoins ont confirmé que la dame traversait bien d‘un côté à l’autre sur le passage pour piéton”, explique Johan Berckmans, porte-parole de la zone Bruxelles-Ouest (Berchem-Sainte-Agathe, Ganshoren, Jette, Koekelberg et Molenbeek).

L’accident a ému les riverains, mais a aussi relancé le débat sur le trafic routier dans cette avenue. À caractère résidentiel, cette chaussée devrait donc avoir une circulation peu dense avec une vitesse limitée. Une théorie qui ne correspond plus à la pratique actuelle. Certains estiment que la chaussée sert de déversoir pour l’importante avenue Charles Quint. Cette dernière a été réduite à une bande en direction du ring ce qui n’améliore pas la situation en ce moment. La fermeture du tunnel Léopold II situé non loin n’aide pas non plus. Le comportement des automobilistes est aussi pointé du doigt. Le premier échevin ganshorenois, Stéphane Obeid (MR) juge que l’avenue Marie de Hongrie est un réel point noir en termes de sécurité routière : “Avec les applications type Waze ou GoogleMaps, il y a effectivement une réorientation vers cette avenue. Ça devient problématique. On constate que la vitesse n’est pas respectée malgré les contrôles de police fréquents sur cette zone. Ça fait pas mal d’années que j’ai observé cela”.

La commune a prévu d’installer des aménagements pour faire respecter la vitesse sur la voirie. Ils devraient être prêts au plus tard pour la fin novembre. “Le dossier a été lancé sous la législature précédente et sera concrétisé maintenant. Il faut que la nouvelle ministre Groen de la Mobilité Elke Van Den Brandt contresigne la convention sécurité routière. Le document est passé au conseil communal du mois de juin”, détaille Stéphane Obeid.

L’édile plaide aussi pour la mise en zone 30 complète de l’avenue : “Cela a du sens car il y a dans cette rue une piste cyclable, mais aussi une école par exemple. Mais, il ne faut pas mettre la zone 30 avant les aménagements. Il y a déjà un tronçon abaissé à cette vitesse et il n’est pas respecté. Je plaide aussi pour l’actualisation de l’étude menée en son temps par Bianca Debaets. La Région avait mené une enquête sur les points noirs concernant les voiries. L’avenue n’est pas reprise. Or, on constate une recrudescence d’accidents”.