La gratuité de la Stib pour les moins de 25 ans sera effective à partir de la rentrée de septembre 2021. Le point figure dans la déclaration de politique générale du gouvernement Vervoort III et constitue l'une des priorités du gouvernement sous cette législature.

Afin de continuer à développer le réseau, la dotation octroyée à la Stib pour l'année 2021 a été augmentée de 61 millions d'euros par rapport à 2020, pour atteindre 945 millions. Une information de Bruzz, confirmée par le cabinet de la ministre de la Mobilité Elke Van den Brandt (Groen). Parmi ces 61 millions, 3,3 millions d'euros sont consacrés à la gratuité. "Il y aura bien un mécanisme de gratuité prévu en 2021, comme prévu dans l'accord de principe budgétaire", explique Nancy Ngoma, porte-parole du ministre-président Rudi Vervoort (PS). "Les modalités seront notifiées au gouvernement et nous sommes dans l'attente d'une note du cabinet Van den Brandt."

Initialement, l'objectif était de rendre le réseau Stib gratuit également pour les personnes de plus de 65 ans, qui bénéficient déjà d'un tarif préférentiel de 60 euros. Mais le gouvernement a décidé de mettre la priorité sur les jeunes. "L'objectif est de rendre l'offre de transport public plus accessible financièrement aux jeunes, notamment parce que le modal shift passe évidemment prioritairement par les nouvelles générations", explique-t-on au cabinet du ministre de la Mobilité Elke Van den Brandt. 

Le public ciblé pourrait toutefois encore être élargi mais rien n'a été décidé pour le moment. La ministre va faire une proposition détaillée sur les modalités précises dans les prochaines semaines, pour une entrée en vigueur à la rentrée 2021.

Dans sa déclaration de politique générale, le gouvernement spécifie que la réalisation de la totalité du plan d’investissement de la Stib est garantie. "Il s’agit là d’investissements très importants, près de 600 millions/ans, permettant, sur la législature, à la fois l’amélioration des fréquences grâces au plan Bus grâce à une augmentation de 30% de capacité en plus d’ici 2022, le renouvellement du matériel roulant, le remplacement des bus diesels par des bus hybrides pour se conformer aux règles de la zone de basse émission, le développement des trois lignes de trams NOH – Meiser – Tour&Taxis et enfin la poursuite de la ligne de Métro Albert-Nord, puis Nord-Bordet."