Le parti amarante souhaite créer une sorte de promenade verte permettant aux cyclistes de relier le bois de la Cambre au centre-ville en toute sécurité.

En pleine période de confinement, la Région bruxellois a aménagé quelque 40 km de pistes cyclables de manière à ne pas trop encombrer les transports publics.

Toutefois, il existe encore une jonction cruciale qui laisse à désirer en raison de sa dangerosité et de son caractère central pour les déplacements des cyclistes bruxellois : l’avenue Louise, entre le centre-ville et le Bois de la Cambre.

En juillet 2018 déjà, Marie Nagy, avait fait une proposition d’aménagement bien accueillie par les habitants et riverains. "Il me semble important aujourd’hui de l’envisager pour répondre rapidement au chaînon manquant que constitue l’avenue Louise dans le réseau des pistes cyclables bruxellois", dit la députée bruxelloise Défi et cheffe de groupe Défi au conseil communal de la Ville de Bruxelles.

L’avenue Louise a perdu une partie de son lustre et de son confort. Malgré les aménagements partiels et erratiques en faveur des cyclistes sur une des contre-allées, elle reste extrêmement dangereuse pour les cyclistes, tout spécialement en direction du Bois.

"Il est pourtant possible de l’embellir sans travaux d’infrastructure importants. Un réaménagement de sa rive sud-est envahie par des bandes de circulation et du stationnement pourrait changer son visage. Gérée par l’administration régionale Bruxelles-Mobilité, la Ville pourrait susciter cet embellissement en collaboration avec la Région", poursuit Marie Nagy. "Les voitures sont omniprésentes et les cyclistes doivent composer avec un trafic pas toujours sympathique mais surtout extrêmement proche. Si sa rive sud-ouest a pu conserver son double alignement d’arbres entourant le site du tram, pourquoi ne pas rétablir un double alignement d’arbres sur l’autre rive et créer une belle promenade pour piétons et cyclistes, de même largeur que le site tram ?"

"10 % des places de stationnement supprimées"

Concrètement, Défi propose de transformer deux des 2,7 kilomètres de liaison directe avec le bois de la Cambre et de planter 180 arbres supplémentaires sur l’avenue. "Des places de stationnement doivent être supprimées, d’autres peuvent être créées entre les arbres. Au total, ce ne sont que 10% des 876 places qui seraient perdues. La sécurisation des traversées piétonnes aux entrées et sorties des voies centrales est possible avec des feux de signalisation à bouton poussoir et un reprofilage de voirie visant une modération de la vitesse du trafic", poursuit Marie Nagy.

"Au total, l’avenue remplirait de façon plus équilibrée ses différentes fonctions : de chaque côté, on trouverait un trottoir le long des immeubles, une rangée de stationnement accessible par la voie latérale qui donnerait aussi accès à des emplacement intercalés entre les arbres ; ensuite le nouveau terre-plein engazonné et entouré d’arbres à hautes tiges (marronniers ou platanes) continu et aménagé pour les piétons et les cyclistes en promenade (les cyclistes rapides choisiront la voie latérale) ; enfin, au centre, les voies de circulation automobile respectant le 50 km/h. Les entrées et sorties vers les voies latérales se feraient de la même manière du côté tram et du côté piste cyclable", affirme-t-elle.