Aucune enquête publique n'a pu être organisée sur le territoire d'Uccle durant le confinement

La Commission de concertation d’Ixelles réunie ce mercredi a tourné court. La raison : une enquête publique a été organisée à Ixelles mais pas à Uccle. Or, ce vaste projet immobilier impactera aussi cette commune, notamment en termes de mobilité.

Une nouvelle enquête publique sera donc lancée, cette fois dans cette commune voisine. Les Ucclois riverains du projet verront donc prochainement apparaître les "panneaux rouges" annonciateurs d'une nouvelle enquête publique pour une commission de concertation qui devrait se tenir à l’automne.

Le comité Chapelié-Waterloo-Molière reste mobilisé contre ce projet. "L'interpellation citoyenne au conseil communal d'Ixelles du jeudi 25 juin garde toute sa pertinence", expliquent les organisateurs.

Le projet est d’ampleur car il prévoit la construction de 82 logements (9000m2) et d’une surface commerciale de 3800 m² sur le site actuel du Carrefour Molière et de son parking à ciel ouvert.

"Pour accueillir les futurs logements et les surfaces commerciales, auxquels il faut rajouter 247 places de parking souterrains, la parcelle sera bétonnée à 70%, avec un pourcentage de pleine terre d’à peine 15% au lieu de 50%. Les 31 arbres mi- centenaires seront abattus", fustigent les membres du comité Chapelié-Waterloo-Molière. "Pour créer ces 82 logements dans l’espace disponible, le promoteur Fédérale Assurance envisage de créer des barres d’immeubles de 5 étages sur la chaussée de Waterloo et la rue Chapelié, mais aussi de bâtir massivement en centre d’ilot, en dérogation totale aux règles d’urbanisme."

Le permis pour ce projet d’envergure a été introduit avec plus de 15 demandes de dérogation, allant de la hauteur et de la profondeur des bâtiments jusqu’au pourcentage de surfaces perméables.

"Ce projet démesuré ne respecte pas le bon aménagement des lieux et va augmenter les nuisances dans le triangle Waterloo–Chapelié–Molière, en matière de circulation automobile, de réduction d’ensoleillement, de nuisances sonores, de pollution de l’air. Les grands promoteurs veulent s’installer à Ixelles avec 16 grands projets, sans tenir compte de l’impact global pour la commune. La spéculation financière est en train d'étouffer la commune qui souffre déjà d’une densité énorme et de problèmes de pollution et de mobilité", concluent-ils.