Offrir la Stib aux moins de 25 ans et aux plus de 65 ans, cela représente moins de 0,02 % du budget global de la Stib... Une goutte d'eau.

La mesure de la gratuité partielle pour les moins de 25 ans et les plus de 65 ans inscrite dans l'accord de majorité du gouvernement bruxellois ne va pas peser beaucoup dans le budget de l'entreprise publique.

Concrètement, la gratuité pour les moins de 25 ans va coûter quelque 8,5 millions d'euros par an tandis que le coût estimé pour les plus de 65 ans est de 3,4 millions d'euros. Un total, donc, de 11,9 millions.

"Des cacahuètes", avait affirmé le ministre-président Rudi Vervoort (PS) à nos confrères de L'Echo.

De fait, les titres de transport vendus par la Stib rapportent aujourd'hui près de 220 millions d'euros par an, soit 40 % des dépenses de fonctionnement, pour un budget annuel de fonctionnement et d'investissement d'un milliard d'euros. La différence est couverte par des dotations régionales d'investissement et de fonctionnement.

Cela veut donc dire que la gratuité ne représente que 0,019 % du budget global de la Stib.

De son côté, la ministre de la Mobilité Elke Van Den Brandt (Groen) ne confirme pas l'information de la RTBF selon laquelle la gratuité de la Stib pour les moins de 25 ans et les plus de 65 ans sera effective à partir de juillet 2020. "Aucune date n'a encore été décidée. La gratuité des moins de 25 ans et des plus de 65 ans doit être vue dans une négociation plus large du budget. Le gouvernement bruxellois a rassemblé tous les opérateurs afin de voir l'impact qu'auront les décisions politiques sur les budgets et il est donc prématuré d'effectuer une quelconque information à ce sujet", explique-t-on du côté du cabinet de la ministre.