Le dossier de la réforme du transport rémunéré de personnes était au centre de la commission Affaires Intérieures ce mardi matin. Pour rappel, suite une décision du gouvernement bruxellois, les chauffeurs LVC se sont vus frappés par une interdiction d'exercer leur métier, sous peine de sanctions. Les premiers avertissements commencent à tomber. En cas de récidive, les chauffeurs se feront saisir leurs véhicules.

L'objectif avoué par le gouvernement est d'aboutir à un projet d'ordonnance avant l'été, mais ce timing va être compliqué à respecter. C'est ce qui est ressorti d'une question adressée par les députés bruxellois Christophe De Beukelaer (CDH) et David Weytsman (MR) ce matin en commission des Affaires intérieures du parlement bruxellois. Rudi Vervoort a en effet annoncé sa volonté de présenter un avant-projet d'ordonnance en première lecture du gouvernement bruxellois d'ici l'été.

"Le gouvernement bruxellois allonge encore le calendrier. Une note sera déposée après les vacances de Pâques pour un premier avant-projet au mieux avant l’été. À ce rythme, la réforme ne sera pas effective avant 2022. Ces délais sont inacceptables ! Nous demandons à Rudi Vervoort de laisser les chauffeurs travailler en attendant la réforme et de ne pas priver les 2.000 familles concernées de revenus", fustige David Weytsman.

Le MR déplore que des milliers de chauffeurs LVC soient laissés dans l'incertitude. "Ils ont reçu des avertissements. On leur dit qu'en cas de récidive on confisquera leur véhicule et le ministre-président est incapable de nous dire si oui ou non, on va les laisser travailler avant la fin de l'année. D'ici-là, ils seront tous asphyxiés. Qui pourrait se passer de revenus pendant 9 mois ? Le flou autour des sanctions et le climat de peur qui s’est installé ne sont pas acceptables", conclut David Weytsman qui presse Rudi Vervoort d’avancer sur cette réforme dont l’exécutif bruxellois discute depuis plusieurs années déjà.

"Depuis un mois, le dossier est au frigo, rien n'a bougé! Rudi Vervoort promet une première note au gouvernement pour... après Pâques. Qui peut encore croire à un plan taxi pour l'été? C'est utopique", fustige, de son côté, Christophe De Beukelaer. "Il fait traîner ce dossier et met des milliers de familles en danger. C'est irresponsable."

Contacté, le cabinet Vervoort rappelle, de son côté, que "le ministre-président souhaite déposer au gouvernement une note de principe sur le futur projet d'ordonnance pour que son cabinet puisse commencer à travailler sur un avant-projet d'ordonnance. Si les membres du gouvernement trouvent un compromis sur les principes, l’objectif est de déposer un avant-projet au mois de juin."

En commission, le ministre-président a par ailleurs promis d'intégrer le transport rémunéré de personnes dans la politique globale de mobilité. La future ordonnance se basera en outre sur l'étude Deloitte qui démontre qu’il existe un marché de services bien plus important à Bruxelles qui doit profiter à tous les chauffeurs regroupés sous un statut unique.