Le Masterplan "stationnement vélo" approuvé par le gouvernement bruxellois la semaine dernière était très attendu des cyclistes, mais les associations d'usagers cyclistes Gracq et Fietsersbond ont rapidement déchanté. "En adoptant un plan d'actions expurgé de tout objectif chiffré et sans aucun budget associé, le gouvernement se contente d'avaliser un catalogue de bonnes intentions", explique Florine Cuignet, chargée de politique bruxelloise au Gracq.

Le nombre d’adeptes du vélo a été boosté par la crise sanitaire, tout comme la demande en stationnement vélo sécurisé quand on sait que 4182 vols de vélos ont été déclarés en 2019, soit une hausse de près de 10% par rapport à l'année précédente. Certains assureurs refusent désormais d'assurer à Bruxelles les vélos qui ne seraient pas stationnés dans un endroit fermé à clé.

Alors que le Gracq et le Fietsersbond réclamaient la création de 10.000 emplacements sécurisés sous cette législature, le nombre de demandes introduites atteint déjà les 8.000 emplacements. Un chiffre très largement supérieur aux 3.460 places existantes.

Mais selon les associations d'usagers cyclistes, le plan d'actions du gouvernement bruxellois s'est mué en une "vision stratégique 2021-2030", qui ne contient désormais plus aucun objectif chiffré. "Aucun budget n'est prévu afin de mener à bien les différentes mesures du plan. Le gouvernement ne prend donc aucun engagement, tout au plus se contente-t-il de valider un catalogue de bonnes intentions", précise Florine Cuignet. "Dans de telles conditions, on comprend mal comment les autorités bruxelloises espèrent convaincre un maximum d'usagers à utiliser le vélo pour leurs déplacements : la peur de se faire voler son vélo constitue en effet un obstacle à la mise en selle pour 64% des Bruxellois."

De son côté, la ministre de la Mobilité Elke Van den Brandt (Groen) dit comprendre l'impatience exprimée par le Gracq pour des objectifs chiffrés. "Le travail commence maintenant et un premier comité de suivi sera organisé en mars pour traduire le plan en action. Cette phase se fera en concertation avec les acteurs de terrains notamment, bien sûr, le Gracq à Bruxelles", explique-t-elle.

Elle explique que le budget des investissements dans le stationnement des vélos chez Parking.brussels a été doublé pour 2021, passant de 500.000 euros à 106.300 euros en 2021.En termes de budget en 2021, nous avons doublé le budget des investissements dans le stationnement des vélos chez parking.brussels. 

"Parking.brussels dispose également d'un budget pour les coûts de fonctionnement en 2021 et Bruxelles Mobilité met également un budget à disposition pour l’installation d’un parking à vélos via différents postes et pour accorder des subventions aux communes pour le stationnement de vélos, au total plus de 3 millions d'euros par an. Par exemple, à la fin de l’année 2020, les communes ont bénéficié d’un demi-million d'euros supplémentaire pour un parking à vélos supplémentaire", conclut Elke Van den Brandt.