Bruxelles Mobilité L’entreprise publique souhaite régionaliser toutes les voiries empruntées par les lignes de tram.

Améliorer la vitesse commerciale des trams et des bus constitue l’une des priorités de la Stib pour ces prochaines années. Raison pour laquelle le contrat de gestion 2019-2023 entre la Région bruxelloise et la Stib prévoit la poursuite du programme d’investissement Avanti, dédié à l’amélioration des performances du réseau de transport public de surface.

Ainsi, l’entreprise publique souhaite augmenter d’1 km/h d’ici 2023 la vitesse commerciale de ses trams et améliorer la régularité des sept lignes de tram importantes, à savoir les lignes 3, 4, 7, 9, 39, 44 et 94. De plus, la Stib met un point d’honneur à s’atteler aux points noirs de son réseau afin de fluidifier davantage le trafic et d’éviter d’encombrer la circulation. On parle ici de la place Meiser, du Goulet Louise, de la chaussée de Charleroi, du croisement entre la chaussée d’Ixelles et la place Flagey, du carrefour entre l’avenue Général Jacques et l’avenue de la Couronne, le carrefour entre la rue du Bailli et l’avenue Louise, l’axe rue Royale/boulevard du Régent ou du croisement entre la place Bara et la rue de Fiennes.

L’entreprise publique souhaite renforcer le contrôle des sites propres par l’installation de caméras fixes et mobiles pouvant relever aussi de la Stib en lui donnant la possibilité de verbaliser les contrevenants, ou introduire le principe d’un protocole d’accord entre la Région et les communes (du type de celui mis en place par Beliris) pour garantir - sous peine de remboursement - le bon entretien et la pérennité des aménagements.

Autre mesure : la Stib souhaite procéder à la régionalisation de toutes les voiries empruntées par des lignes de tram, et mettre en voiries prioritaires tous les axes empruntés par des lignes de tram ou par les principales lignes de bus (12, 49, 53, 60, 63, 68, 71, 78 et 95) de la région.

Le contrat de gestion de la Stib a été approuvé par le gouvernement bruxellois au début du mois d’avril. Il fixe comme ambition d’arriver à 475 millions de voyages à l’horizon 2023. Pour rappel, la Stib a enregistré en 2018 un nouveau record, avec 417,5 millions de voyages réalisés selon les premières estimations, soit une hausse de la fréquentation de 43,8 % en dix ans et plus d’un million de voyageurs transportés chaque jour.