Le dossier anime vigoureusement les débats de la "cité des ânes" depuis plusieurs mois. Le projet de réaménagement de l’avenue Princesse Élisabeth à Schaerbeek fait toujours face à une opposition de riverains. Au conseil de ce mercredi, une nouvelle interpellation citoyenne aura lieu pour réclamer la révision du projet.

Pour rappel, les rails de la ligne 92 doivent impérativement être rénovés sur cette voirie qui relie la place Eugène Verboeckhoven à la gare de Schaerbeek. La Stib profite donc de l’occasion pour réaménager de “façade en façade” l’artère considérée comme "un véritable point noir pour la circulation des bus mais aussi des tramways" Dans ce cadre, la circulation est également appelée à être revue: la voirie sera dès lors à sens unique pour les automobilistes, avec une inversion du sens de part et d’autre du boulevard Lambermont. De même, le projet initial ne maintient que 64 emplacements de parking sur les 143 présents actuellement.

© Stib

Dans son interpellation, le "collectif d’habitants et riverains de l’avenue Princesse Elisabeth" dénonce l’"incurie" et l’"indécence sans nom" de la majorité communale. "Notre pétition a plus de 800 signatures. On aimerait que la commune fasse marche arrière", nous annonce avec détermination Youssef, habitant de l’avenue.

Cette interpellation est notamment appuyée par le conseiller d'opposition Georges Verzin (indépendant, ex-MR). "Le bouclage de ce quartier met à mal le vivre-ensemble des Schaerbeekois. Cela casse la cohésion de la commune." Les groupes d’opposition PS et CDH ont également déjà exprimé leurs réticences face à ce dossier.

Des recours envisagés

En octobre dernier, la commune de Schaerbeek a remis un avis favorable conditionné au projet, en demandant notamment le maintien de davantage de places de parking. “On a entendu les craintes des riverains. On a donc demandé des modifications concernant le nombre d'emplacements de stationnement, les bancs… Mais il y a aussi des gens satisfaits par le projet. On essaie donc de mesurer les avis des uns et des autres et d’y répondre”, commente l’échevin des Travaux publics Vincent Vanhalewyn (Écolo).

L’échevin nous indique que la Stib va réintroduire des plans modifiés. Une nouvelle commission de concertation aura alors lieu… et ce sera au final à la Région de trancher. Les riverains indiquent à ce titre vouloir continuer leur combat à l’échelon régional, avec notamment une pétition formalisée en cours et des éventuels recours à l'avenir… "Nos démarches ne font que commencer."

© FLEMAL JEAN-LUC