Le test de mobilité qui devait se tenir cet été au niveau des Quatre Bras de Tervueren n'aura pas lieu. C'est ce qu'a annoncé ce jeudi la ministre flamande de la Mobilité Lydia Peeters (Open VLD). Le projet imaginé par la Région flamande et soutenu par la Région bruxelloise visait à créer une "autoroute cyclable" à la place de 2 des 4 bandes de circulation, en réduisant dès lors le nombre de bandes de circulation sur l'avenue de Tervueren.

Ce projet a suscité une vague de mécontentement, émanant notamment des communes de Woluwe-Saint-Pierre et Woluwe-Saint-Lambert. Les deux entités ont d'ailleurs chacune adopté cette semaine une motion pour demander à la ministre flamande de renoncer au projet. Elles craignaient un report de la circulation dans leurs rues résidentielles des communes avoisinantes, et déploraient l'absence de concertation, en particulier avec des acteurs locaux comme les Cliniques Saint-Luc.

Les communes de Woluwe-Saint-Pierre et Woluwe-Saint-Lambert privilégient une rénovation de l'actuelle piste cyclable dans la forêt de Soignes. Une solution qui, selon le cabinet de la ministre bruxelloise de la Mobilité Elke Van den Brandt, n'était pas envisageable. "La piste cyclable actuelle dans la forêt est sous-standard en terme de largeur et ne peut pas être rénovée car les règles urbanistiques et environnementales ne le permettent pas, c'est un bois", précisait ce mercredi le cabinet.

Le gouvernement s'était donc positionné en faveur de cette phase test, tout en étant prêt à changer son fusil d'épaule en cas d'évaluation négative. La Région avait d'ailleurs assuré qu'un "véritable véritable monitoring et des comptages sérieux auraient lieu pour vérifier que les embouteillages n’augmentent pas. Bien sûr, si nous une éventuelle augmentation du le trafic de transit dans les quartiers est constatée pendant le test, le projet serait abandonné."

Si l'on ignore les raisons qui ont mené au retour en arrière, c'est donc finalement bien la solution de la rénovation de la piste cyclable existante qui est sur la table du gouvernement flamand. La ministre a en effet chargé son administration d'analyser comment la piste existante pourrait être rénovée. "La partie de la piste cyclable F29 entre les Quatre Bras et Bruxelles ne répond actuellement pas aux normes en vigueur. C'est pourquoi nous devons analyse comment résoudre la situation en aménageant une piste sécurisée et fiable entre le carrefour et la capitale", a expliqué la ministre Peeters.

De son côté, Christophe De Beukelaer (CDH), député bruxellois et vice-président de la commission Mobilité, se réjouit de cette marche arrière. "La preuve qu'une opposition constructive, ça paie! Le pragmatisme a gagné. Je me battrai maintenant pour que les pistes cyclables existantes soient rénovées. @elkevdbrandt, seule à défendre ce projet indéfendable, a de sérieuses questions à se poser", a-t-il tweeté.