Les communes de l'Est de la capitale se sont prononcées : c'est non pour l'interdiction d'accès au ring depuis le boulevard de la Woluwe. Pour rappel, la Région flamande entend rendre le ring autour de Bruxelles plus fluide et sécurisé. Parmi les plans de réaménagement étudiés par son agence, la Werkennoostchap, celui de la fermeture de la liaison entre le ring et le boulevard de la Woluwe, au profit de l'échangeur de Crainhem.

Les bourgmestres de Crainhem Bertrand Waucquez, de Woluwe-Saint-Lambert Olivier Maingain (Défi), de Woluwe-Saint-Pierre Benoit Cerexhe (CDH) et de Wezembeek-Oppem Frédéric Petit se sont réunis le 23 juin dernier. Objectif : permettre à leurs collèges respectifs de rendre un avis commun dans le cadre de la consultation publique organisée entre le 25 mai et le 23 juillet par la Werkennoostchap.

Les quatre communes justifient leur avis négatif par un manque de clarté quant à la réalisation des objectifs de sécurité routière et de fluidité du trafic sur le ring. Elles partagent en outre l'inquiétude de la direction des Cliniques universitaires Saint-Luc, premier employeur privé de la Région bruxelloise, ainsi que de celle de l’UCLouvain pour l’accessibilité de son campus bruxellois qui accueille plusieurs milliers d’étudiants. Renaud Mazy, administrateur délégué des Cliniques Saint-Luc, considère que la fermeture du boulevard de la Woluwe aura des conséquences hautement préjudiciables pour l’accès aux Cliniques tant pour leurs travailleurs que pour la patientèle.

"Cette fermeture aura des conséquences non souhaitées pour nos communes et nos habitants au niveau de la mobilité mais également de l'activité économique", estiment les bourgmestres qui invitent leurs habitants à donner leurs avis et marquer, le cas échéant, leur opposition à ce projet, tel que présenté actuellement. "Si ce scénario se concrétise, il contraindra les automobilistes à emprunter l’autoroute E40, pourtant régulièrement embouteillée, et l’échangeur de Crainhem pour accéder et sortir du ring, ce qui pose question sur le plan de la sécurité routière et entraînera un report de la circulation dans les quartiers avoisinants."

Outre le manque de clarté des informations figurant dans la brochure Werken aan de Ring (notamment dans sa partie en français où plusieurs plans ne sont pas identiques à ceux figurant dans la partie en néerlandais) qui a été distribuée aux habitants afin d’annoncer la consultation publique, les collèges des quatre communes s’interrogent quant au caractère complet des informations communiquées, jusqu’à présent, par les autorités flamandes et leurs services, notamment les données relatives au report des flux de circulation dans les quartiers de leurs communes, indiquent-ils dans un communiqué.

"Les autorités doivent communiquer sans réserve toute information. Sur base de la législation, nous considérons que la Région flamande n'est pas compétente pour fermer une sortie du Ring, une concertation étant obligatoire entre les Régions et les communes de la Région bruxelloise du Brabant flamand et du Brabant wallon." Ils demandent dès lors aux autorités régionales flamandes d’annuler la procédure de consultation publique et d’étudier d’autres schémas de réaménagement du ring et de ses accès au sein de la zone Zaventem. Enfin, ils demandent aux ministres flamande Lydia Peeters (Open-VLD) et bruxelloise Elke Van den Brandt (Groen) de la Mobilité de prendre en considération les craintes exprimées.