Les groupes du Gracq des communes d’Uccle, Ixelles et Bruxelles-Ville, riveraines du bois de la Cambre, ont écrit à la ministre bruxelloise de la mobilité ainsi qu’aux responsables de leurs communes afin d’attirer leur attention sur des aménagements urgents à réaliser pour assurer la sécurité des cyclistes, mais aussi des piétons et des personnes à mobilité réduite (PMR).

Le bois de la Cambre, véritable poumon vert pour les Bruxellois, fait l’objet d’intenses discussions sur son avenir. "Sans préjuger de leurs résultats, et en tenant compte des perspectives de long terme, des aménagements sont indispensables dès à présent, et en urgence, pour assurer la sécurité de tous les usagers du bois, notamment les cyclistes et les PMR", expliquent les membres de l'association cycliste.

"Sans surprise, les points les plus dangereux se situent au contact du trafic motorisé, à l’entrée Louise du Bois et aux carrefours sur l’avenue de Diane. D’autres points noirs ont aussi été signalés aux autorités. Quel que soit le résultat du test actuel (mise à double sens de l’avenue Diane), il restera indispensable d’avoir des passages de trottoirs abaissés, à la fois pour les PMR et les vélos, ainsi que des pistes cyclables bien marquées et bien asphaltées pour traverser le bois d’est en ouest entre la chaussée de Waterloo et l’avenue Roosevelt", ajoutent-ils.

Les groupes du Gracq Uccle, Ixelles et Bruxelles-Ville ont également invité les élus et la ministre à une visite sur place, à une date à leur convenance, afin de mieux évaluer les aménagements souhaitables.