Bruxelles Mobilité

La vitesse moyenne a diminué sur quatre des cinq axes prioritaires.

Fin 2018, la zone de police Bruxelels Nord a lancé le projet des Axes prioritaires. L'objectif : pousser les automobilistes à modifier leur vitesse pour tendre vers la vitesse légale. Les contrôles de vitesse, ainsi que la communication et la visibilité de ces contrôles ont ainsi été renforcés sur ces axes. La police tire aujourd'hui le bilan de cette action : "Ce projet nous montre qu'avec des contrôles ciblés et une communication autour de ceux-ci, il est possible de changer le comportement des automobilistes", indique le commissaire divisionnaire Frédéric Dauphin, chef de corps de la police locale de Schaerbeek, Evere et Saint-Josse.

Au total, 10 117 662 véhicules ont été contrôlés en 2018. Sur les neuf premiers mois de 2019, plus de douze millions de véhicules ont déjà été contrôlés par les différents radars sur la zone de police. "Malgré l'augmentation des contrôles ces dernières années, nous avons constaté que sur certains axes les vitesses enregistrées restaient élevées. Nous avons donc du adapter notre stratégie. C'est ainsi qu'est né le projet Axes prioritaires."

Concrètement, le projet postule qu'un renfort des contrôles de vitesse de manière plus visible auprès du public changera le comportement des automobilistes. La zone de police a ainsi identifié cinq axes sur lesquels le service radar a flashé en priorité, sur base de plusieurs indicateurs : nombre d'excès de vitesse constatés par le passé, l’intensité des excès de vitesse constatés, le nombre d’accidents avec blessés, la présence d’écoles aux alentours ou d’autres usagers vulnérables.

"En matière de sécurité routière, on sait que ce sont très souvent les comportements des gens qui sont à la base des accidents, rappelle Cécile Jodogne (Défi), bourgmestre faisant fonction de Schaerbeek et présidente du Collège de police de la zone. C'est donc bien sur ces comportements qu'il y a lieu de travailler. L'objectif n'est pas de punir mais bien de faire changer ces comportements fautifs. Voilà pourquoi la communication et la prévention sont essentiels dans ce dossier."

Outre les campagnes de communication, la zone a utilisé des Lidar, plus visibles que les radars mobiles. Des mesures qui ont porté leurs fruits sur au moins quatre des cinq axes prioritaires retenus au final. En juin dernier, la zone de police a en effet constaté que la vitesse de 85% des automobilistes et la vitesse moyenne sur ces différents axes ont diminué. Sur la rue Sainte-Marie (zone 30), la vitesse moyenne a diminué de 9 km/h pour atteindre 33 km/h. Sur la chaussée de Helmet (zone 30), la vitesse moyenne a diminué de 4 km/h, soit 32 km/h. Sur la rue Van Oost (zone 30), la vitesse moyenne a diminué de 8 km/h, soit 27 km/h. Sur la chaussée de Louvain (zone 50), la vitesse moyenne a diminué de 2 km/h, soit 39 km/h. 

Seule l'avenue Jules Border (zone 50) a vu la vitesse moyenne augmenter de 0,4 km/h, soit 54,8 km/h.