En 2020, Bruxelles Mobilité a, pour accroître la perméabilité des sols et améliorer la gestion des eaux de ruissellement, multiplié les petits projets de proximité visant à déminéraliser l'espace public. Un outil essentiel dans la lutte contre le réchauffement climatique et l'amélioration de la qualité de vie! L'administration est intervenue ces derniers mois notamment bd. du roi Albert II, chaussée de Mons, avenue J. Cockx, rue des Vétérinaires, avenue de Fré ou encore chaussée d'Alsemberg,

Le budget consacré à ces petits travaux dépasse en 2020 le million d'euros. L’ambition a encore été accrue et des dizaines de projets supplémentaires sont à l'étude pour 2021.

Pour Elke Van den Brandt (Groen), ministre de la Mobilité et des Travaux Publics, "la verdure permet non seulement d'apporter de la fraîcheur en été et de purifier l'air, mais contribue aussi au bien-être physique et mental des citoyens. Il est indispensable que chaque Bruxellois puisse avoir un accès direct à la nature dans notre ville. Dans les prochaines années, partout où nous le pourrons, nous donnerons de la place au végétal".

Comment déminéraliser? En convertissant des zones recouvertes de dolomie ou d'asphalte en zones vertes. Le simple fait d'agrandir les fosses aux pieds des arbres a déjà un impact non négligeable. Ces projets permettent aussi à Bruxelles Mobilité d'améliorer la biodiversité.

Plusieurs projets sont encore en cours de réalisation. C'est par exemple le cas à Uccle, au rond-point dit des Menhirs, où les pavés de la partie centrale du rond-point sont remplacés par des graminées et plantations basses. Même procédé à Watermael-Boitsfort, avenue de la Foresterie. A Schaerbeek, place Jambline de Meux, un arbre remarquable est protégé et mis en valeur, la circulation piétonne autour réorganisée et la surface perméable étendue avec des nouvelles plantations.