Les riverains du dépôt de tramways de l’avenue de l’Hippodrome, à Ixelles, se demandent toujours à quoi ont bien pu servir les travaux menés par la Stib. Déjà en 2006, le chantier relatif au changement des rails avait causé des dégâts dans les maisons les plus proches. "Six ans plus tard, ces travaux destinés à diminuer les vibrations n’avaient plus d’effet alors que la Stib garantissait une efficacité sur vingt ans", remarque Benjamin Scheer, du comité de quartier Hippodrome Action.

De nouveaux travaux ont été réalisés les 29 et 30 juin derniers. "Là, ils ont tout cassé avec un brise roches sans avoir suffisamment fragmenté le béton avant. La Stib retirait les blocs avec leur camion-grue mais ils étaient tellement gros que ça tombait de partout. Là encore, les maisons riveraines ont subi des dégâts."

Après une première campagne d’analyse menée en 2014, la société d’acoustique MoDyVa en réalise une nouvelle depuis le 15 juillet. "Le constat est sans appel, déplore Benjamin Scheer. Aujourd’hui, lorsque les trams quittent le dépôt à une certaine vitesse, les vibrations sont fort importantes et atteignent quasiment les valeurs mesurées en février 2014 !"

Qu’en sera-t-il avec les nouveaux tramways TNG, dont la mise en service est prévue pour 2021 ? "Le TNG long pèse cinq tonnes de plus à vide qu’un T4000. Et il peut accueillir plus de passagers. Des rails plus robustes ont-ils été installés ? Plus de traverses ont-elles été disposées ?", se demande le comité de quartier. Qui s’étonne également que la Stib n’ait pas encore activé ses balises installées en juillet dans le haut de l’avenue de l’Hippodrome.

"La Stib a installé des balises destinées à ralentir les tramways dès qu’ils franchissent les 18 km/h fin juillet. Sauf qu’elle refuse de les brancher. Et comme de nombreux chauffeurs roulent bien plus qu’à 18 km/h, cela vibre de nouveau très fortement. La Stib nous explique qu’avec les travaux et les nouveaux tramways, ces balises ne seront plus nécessaires. Elle envisage de les brancher pour la fin de cette année, peut-être plus tard… Nous ne comprenons pas que la Stib ne branche pas ce dispositif alors qu’il a été installé."