Avec ce deuxième confinement, la fermeture des établissements horeca, des musées, de nombreux commerces, l’annulation des spectacles et le couvre-feu, le chiffre d’affaires des taxis de Bruxelles s’écroule à nouveau, de l'ordre de 70 %.

Or, les taxis indépendants qui travaillent avec la centrale des Taxis Verts doivent payer à cette centrale une redevance mensuelle, pour l’apport de courses et de clientèle.

En mars dernier il avait été convenu avec les Taxis Verts de suspendre cette redevance pour les taxis qui préféraient interrompre leur activité vu la situation de crise.

"Actuellement, malgré plusieurs tentatives, Taxis Verts reste sourd à toute demande de concertation. Les factures de novembre ont été envoyées aux chauffeurs indépendants", explique Martin Willems, le responsable des United-freelancers à la CSC. "Alors qu’un tribunal vient de confirmer qu’un bail commercial peut être suspendu pendant le confinement parce qu’on est dans une situation de force majeure, il serait incompréhensible que Taxis Verts refuse de discuter de la suspension et de la réduction temporaire de redevances qui n’apportent actuellement aux chauffeurs plus qu’une petite fraction du chiffre d’affaires habituel. Les chauffeurs de taxi indépendants ne peuvent continuer à payer comme si la situation était normale. Ils n’ont pas à supporter seuls la crise."

Les chauffeurs de taxi protesteront devant le siège de Taxis Verts, rue des carburants à Forest, ce mardi 17 novembre à 10 heures.