Bruxelles Mobilité Des scooters de ce type devraient rejoindre le charroi de la zone Bruxelles Capitale-Ixelles d’ici un an.

Un scooter un peu particulier a rejoint la flotte de la zone Bruxelles Capitale-Ixelles durant une semaine, il y a dix jours. L’engin, à l’essai, avait tout d’un deux-roues classique des forces de l’ordre avec son stripping et ses lumières bleues. La seule différence est le moteur utilisé. Ce scooter est électrique. "On s’inscrit dans ce qui est un peu en vogue. C’est un souhait de l’autorité de nous orienter dans ce sens-là. C’est assez logique d’aller vers le vert. Nous, on a besoin de beaucoup de scooters pour les manifestations ou verbaliser dans des petites rues donc ça a du sens de commencer par le service trafic", explique Joël Dekeyzer, commissaire divisionnaire à la zone de police Bruxelles Capitale-Ixelles.

L’objectif est de tester l’engin avant d’effectuer des achats. Le scooter fait partie de la série mise à l’essai pour les semaines à venir. La zone devrait pour l’automne avoir compilé assez de données pour écrire un cahier des charges. "On commence de notre côté avec des petits scooters qui vont à 45 km/h. On n’en est pas encore à faire des essais sur des plus rapides. On a voulu commencer délibérément par de petits modèles. On fait toujours des essais avant de lancer les procédures d’acquisition. On ne se focalise pas vraiment sur la marque. On sait vers où on veut aller. Ça nous donne des indications. On devrait pouvoir en acquérir à moyen terme. Je dirais une année", indique Joël Dekeyzer.

Les forces de l’ordre voulaient être rassurées sur plusieurs points avant d’investir dans ces scooters électriques. L’autonomie et la résistance sont des critères essentiels pour le commissaire Dekeyzer : "On est rassurés sur la durée d’utilisation des engins. La capacité de résistance du deux-roues est importante aussi, car ce n’est pas un jouet. Celui qu’on vient de tester était très bon à ce sujet. À la police, on casse sans doute plus vite des choses que pour un propriétaire de scooter lambda."

La zone de police Bruxelles Capitale-Ixelles espère, à terme, remplacer tous les scooters par des électriques, comme le confirme Joël Dekeyzer. Actuellement, la zone compte une septantaine de deux-roues à moteur essence, dont environ cinquante pour le service trafic.