Il a fallu cinq jours de travaux pour offrir au rond-point Montgomery un nouveau visage. Fini les quatre bandes ! Le titanesque giratoire compte désormais trois bandes, la voie intérieure étant maintenant condamnée par des blocs de béton. Mais outre cette réduction de voies, la grande nouveauté réside dans les aménagements cyclables, qui étaient autrefois presque inexistants.

© IPM


Le rond-point comporte désormais deux itinéraires pour les usagers de la petite reine : une piste suggérée "monodirectionnelle" à l’intérieur du rond-point au milieu du trafic, et une piste "bidirectionnelle" dans les latérales.

© IPM

Peu de succès de la nouvelle piste

Ce mercredi midi au soleil d’hiver, beaucoup de trafic à Montgomery. Des dizaines de voitures, une farandole de camions, des motos, des trottinettes… et beaucoup de vélos. Mais force est de constater que la nouvelle piste extérieure rencontre peu de succès : les cyclistes empruntent presque tous la piste suggérée au milieu du giratoire. "Je vais continuer à aller dans le rond-point", annonce Cyrille, cycliste originaire de Schaerbeek.

© Bernard Demoulin

© Bernard Demoulin

Il faut dire que le trajet par les latérales est plus long… et truffé de panneaux triangulaires "cédez le passage". Nous avons comptabilisé pas moins de 15 points où le cycliste doit traverser une voie et donc céder la priorité. De quoi rebuter les plus pressés… 

© Bernard Demoulin

"Il était très important de toujours permettre aux cyclistes d’emprunter le rond-point. C’est plus rapide, beaucoup sont habitués et se sentent plus à l’aise à l’intérieur qu’à l’extérieur à devoir tout le temps céder le passage", constate Florine Cuignet, responsable bruxelloise du Gracq (Groupe de Recherche et d’Action des Cyclistes Quotidiens).


"Un premier pas"

De manière générale, le Gracq se dit "agréablement surpris" de ce résultat. "Il fallait vraiment faire quelque chose. Il s’agit d’un axe structurant entre Bruxelles et la périphérie." L’association applaudit les traversées séparées pour vélos installées à certains endroits, les marquages rouges symbolisent les entrées et sorties ("lieux à haut risque d’accidents")…

Mais maladie de jeunesse de l’infrastructure : beaucoup d’hésitation ce mercredi, chez les cyclistes ne sachant pas s’ils ont priorité dans les latérales (la réponse est non), mais aussi dans le chef des automobilistes ne sachant pas s’ils peuvent rouler sur la rougeoyante piste cyclable suggérée à l’intérieur du rond-point (la réponse est oui). "On invite les cyclistes qui entrent dans le rond-point à se placer au milieu de la bande et à être assertifs. Celui qui reste sur le bord sera moins visible et risque de se retrouver dans un angle mort", rappelle le Gracq.

Rappelons que l’infrastructure actuelle, qui se résume grosso modo à quelques blocs de béton et de la peinture, se veut "provisoire". Un réaménagement en profondeur du rond-point et de ses environs est dans les cartons. "L’aménagement idéal serait un rond-point à la hollandaise, avec un anneau cyclable prioritaire", rêve le Gracq. "Mais on sait qu’on ne part pas d’une page blanche et qu’il faut prendre beaucoup de contraintes en considération. Cet aménagement est un excellent premier pas… mais il ne faut pas s’arrêter là."