Ce 14 octobre, diverses entreprises et associations, lassées des conséquences qu’elles ont à subir de la politique gouvernement bruxellois en matière de mobilité, introduiront un recours devant le Président du Tribunal de Bruxelles.

L’Union Professionnelle du Transport et de la Logistique (UPTR) a décidé d’introduire une requête en intervention volontaire afin de se joindre à l’action citoyenne réclamant la suppression des 40 kilomètres de pistes cyclables.

Pour l’UPTR, "la politique actuelle de la Région bruxelloise est à la Mobilité, ce qui Magritte est à la peinture : Surréaliste !"

Partant de l’exemple du boulevard Sylvain Dupuis et de son prolongement vers le boulevard Maria Groeninck-De May, l’UPTR entend démontrer le caractère accidentogène pour les usagers faibles de l’espace public ainsi réaménagé.

"Il est stupéfiant que personne n’ait réfléchi un peu sérieusement au fait que l’approvisionnement d’un centre commercial de l’ampleur du Westland Shopping Center impliquait nécessairement de nombreuses opérations de transport et que cet approvisionnement ne pouvait être réalisé que par camions", explique Michaël Reul, secrétaire Général

Le recours en intervention volontaire de l’UPTR est donc motivé, à titre principal, par les enjeux de sécurité routière.

"Plutôt que de travailler à diviser les usagers de la route entre eux, nous plaidons pour que les autorités régionales en charge de la mobilité adoptent une approche ‘inclusive’ et concertée", ajoute Michaël Reul.