L’année passée, les bikers de la zone Bruxelles Ixelles ont dressé 74 808 P.-V., soit plus de 200 par jour. Un nombre encore trop élevé, mais David Stevens observe un changement dans le comportement des usagers de la route.

"À l’époque, nous dressions 300 P.-V. par heure pour des cas de voitures stationnées sur les pistes cyclables ou bandes bus. Aujourd’hui, nous atteignons ce taux en trois semaines ", observe David Stevens.

"Le respect du Code de la route n’occupait pas une place aussi importante qu’aujourd’hui au sein de la police. Notre job, c’est de faire en sorte que tous les usagers puissent trouver leur place dans le respect de tous. Quel est l’intérêt d’inciter la population à prendre les transports en commun si ceux-ci sont bloqués par des voitures parquées en double file ? " précise l’homme de 37 ans.

Au niveau de la communication, aussi, un important travail a été fait. "Le fait de verbaliser permet de sensibiliser et c’est important de communiquer sur les verbalisations effectuées par la police. On ne le faisait pas toujours de peur de donner l’image d’une police répressive, mais c’est dans l’intérêt de chacun de communiquer pour dissuader les contrevenants."

Le plus grand nombre de P.-V. ont été dressés pour des cas de voitures stationnées sur des pistes cyclables (10 948), sur des trottoirs (7 245), qui bloquent des carrefours (4 333) ou qui sont parquées sur des zones piétonnes (4 166).