Démarrées en juin dernier, les opérations "Stop Park" ont déjà été menées à neuf reprises.

Démarrées en juin dernier, les opérations "Stop Park" ont déjà été menées à neuf reprises. Le principe ? La police de la Zone Midi se concentre sur les comportements et les stationnements dangereux pour les usagers. La police est accompagnée d’une dépanneuse afin de faire cesser immédiatement l’infraction. 

© DR

Lors de ces actions, l'on enregistre 68 dépannages immédiats pour stationnement dangereux : sur le trottoir, passages pour piétons, pistes cyclables, coins de rues etc. 34 PV ont été dressés pour stationnement dangereux sans enlèvement du véhicule par la dépanneuse, le conducteur l’ayant déplacée immédiatement (double file etc.). 262 PV de sanctions administratives communales ont été dressés pour stationnement interdit (sans notion de danger).

En ce qui concerne la vitesse, vous aurez sans doute constaté que des radars mobiles, appelés Lidar, sont régulièrement placés sur les grands axes. Ce type de dispositif très visible a pour but de dissuader les excès de vitesse afin de sécuriser l’artère en question et de sanctionner les véhicules qui n’en tiendraient pas compte.

A titre d’exemple, voici le bilan du placement de ce radar mobile pour deux emplacements récents :

- Rue Théodore Verhaegen, du 27 juin au 4 juillet : 39 369 véhicules contrôlés dont 152 en infraction soit 0.3%. "Ce taux très bas démontre l’utilité préventive du radar qui fait baisser immédiatement la vitesse des automobilistes et accroit la sécurité des autres usagers sur l’axe concerné", explique le bourgmestre de Saint-Gilles Charles Picqué (PS).

- Chaussée de Waterloo, du 24 octobre au 31 octobre. 16 808 véhicules contrôlés dont 28 en infraction soit 0.16%

Ce type d’action sera poursuivi afin de renforcer la sécurité routière.