Pour rappel, tous les véhicules roulant au diesel et à l’essence seront interdits dans la capitale en 2035.

Les députées bruxelloises Françoise Schepmans et Anne-Charlotte d'Ursel (MR) demandent que le gouvernement de la Région bruxelloise encourage l'usage des véhicules "propres" en supprimant les taxes de mise en circulation et de circulation pour les voitures roulant au "bioCNG" pour une période test en 2020.

Ce gaz, produit à partir de déchets organiques, représente selon elles une alternative crédible au diesel et à l'essence. Les voitures roulant au gaz naturel compressé (CNG) émettraient 75% à 90% d'azote et de particules fines de moins et 7% à 16% de CO2 de moins que les véhicules diesel et essence.

"Pour préserver l'environnement, il ne suffit pas de se contenter d'interdire et de taxer : il faut proposer des alternatives crédibles pour les Bruxellois.es qui n'ont pas d'autre choix que de posséder une voiture", souligne Françoise Schepmans. En Wallonie, une prime de 500 euros est accordée aux particuliers qui optent pour le CNG, soulignent les députées.