L’objectif est de réaliser un contrôle avec chaque zone de police une fois par an.

Une opération de contrôle a eu lieu ce mercredi à Auderghem en dessous du viaduc Herrmann-Debroux, au croisement de la chaussée de Watermael et de l’avenue Louis Dehoux. La zone de police Marlow (Auderghem, Uccle et Watermael-Boitsfort) était présente en nombre avec la collaboration de l’inspection du Travail et Bruxelles Mobilité. L’administration régionale était spécifiquement là pour contrôler les véhicules d’auto-écoles.

Avec leur veste fluo et leur badge, les deux inspecteurs de Bruxelles Mobilité dédiés au contrôle des auto-écoles étaient sur place pour participer à cette action de terrain. Leur but : assurer un service de qualité. C’est eux seuls qui gèrent l’ensemble du secteur dans la région bruxelloise, soit uniquement deux inspecteurs... pour une centaine d’auto-écoles.

On parle d’environ 30 établissements disposant de leur siège social à Bruxelles. À cela, il faut ajouter la septantaine d’auto-écoles dont une antenne se trouve dans la région, mais avec un siège social situé en Wallonie ou en Flandre. "Comme c’est régionalisé, il faut une bonne entente avec la Wallonie et la Flandre. On peut suspendre l’agrément à Bruxelles. Pour les autres sanctions, on doit collaborer avec la région où se trouve le siège social", raconte Bruxelles Mobilité.

L’an dernier, les inspecteurs avaient réalisé déjà deux actions comme celle de ce mercredi, explique-t-on à Bruxelles Mobilité. L’objectif est de vérifier si les instructeurs sont en ordre, notamment avec le code 103. Ce dernier donne l’autorisation aux moniteurs de donner cours. "On vérifie aussi la feuille de route, l’âge du véhicule, entre autres choses. Un contrôle dure environ 15 minutes. On divise le travail entre les inspecteurs", indique Bruxelles Mobilité sur place.

L’objectif pour l’administration régionale est de réaliser ce type de contrôles de terrain avec chaque zone une fois par an. "C’est positif pour tout le monde. On fait des gros contrôles. C’est plus simple aussi pour Bruxelles Mobilité car nos motards amènent les véhicules au contrôle. Il n’y a pas de quiproquo. Il y a une vraie collaboration", indique-t-on à la zone de police Marlow. Un avis partagé par la secrétaire d’État bruxelloise à la sécurité routière Bianca Debaets (CD&V) présente au contrôle ce mercredi : "C’est très important car les auto-écoles préparent les automobilistes bruxellois de demain."

Les inspecteurs opèrent également dans les locaux des auto-écoles. Les deux spécialistes bruxellois s’y rendent en moyenne deux fois par semaine.