Jusqu'à présent, la STIB constate que ses voyageurs respectent très largement l'obligation de porter un masque à bord de ses véhicules et dans ses stations de métro.

Elle a ainsi dénombré 25 PV de constat d'infraction en la matière entre les 4 et 13 mai derniers, a indiqué mardi Renaud de Saint Moulin, vice-président du département systèmes de transport de la société bruxelloise, auditionné par la commission de la Mobilité du parlement régional. Selon celui-ci, le personnel de sécurité et la police sont sur le terrain depuis le début de la crise pour s'assurer du respect de la distanciation sociale et, depuis que celui-ci est obligatoire (ndlr: la 4 mai), du port du masque. Les 275 vigiles de la société, sur les 621 membres du service de patrouilles de terrain et de support effectuent ainsi en moyenne 150 missions par jour pour veiller au respect des mesures. L'ensemble des effectifs de sécurité privilégient la sensibilisation.

Le personnel de conduite n'assure pas le contrôle, conformément une demande exprimée dans ce sens par les syndicats. Lorsqu'il constate un problème parmi les voyageurs, il peut appeler le dispatching pour en informer le service de sécurité.

Des explications de M. de Saint-Moulin, on retiendra également que le taux de fréquentation de la société reste faible. Il se situe dans une fourchette entre 20 et 25% de la fréquentation d'avant le lock down.

L'offre de transport, très limitée au début des mesures de confinement, est progressivement adaptée à la hausse. En semaine, celle du réseau de surface atteint à présent 85% de la normale (90% sur le réseau de métro). Durant le week-end, elle est de 100%.