Bruxelles Mobilité

Le mois dernier, la commune mettait la société américaine Lime en demeure afin qu'elle veille à ce que les trottinettes n’obstruent pas le passage.

Uccle n'a finalement pas mis ses menaces à exécution. Le mois dernier, nous évoquions le fait que la commune d’Uccle avait mis la société Lime en demeure afin que cette dernière veille à ce que ses trottinettes n’obstruent pas le passage. Ainsi, la commune menaçait d'infliger des procès-verbaux à l'entreprise si la situation persistait.

Mais un mois après, les menaces n'ont pas été mises à exécution. "La mise en demeure avait été évoquée pour lutter contre le dépôt anarchique des trottinettes. C'était un levier qu'on espérait ne pas devoir actionner, et nous n'y avons pas donné suite car il n'y a plus eu de difficultés particulières constatées ces dernières semaines", explique Thibaud Wyngaard (Ecolo), échevin de la Mobilité. 

"Il faut savoir qu'une réglementation régionale est entrée en vigueur le 1er février et impose à chaque opérateur de disposer d'une licence pour pouvoir proposer ses services. Ainsi, les sociétés et autres start-up qui veulent exploiter dans la capitale un dispositif de vélos, trottinettes ou autres engins à deux roues en libre service doivent bénéficier de cette licence. Dans ce cadre, les communes sont sollicitées pour déterminer les zones interdites pour le placement des engins. Nous allons donc indiquer aux opérateurs les endroits les plus adéquats pour déposer les trottinettes et autres modes alternatifs de transport. Par exemple, la rue Xavier De Bue est trop exiguë que pour pouvoir y stationner les trottinettes, et cette mention sera directement intégrée par les opérateurs", conclut Thibaud Wyngaard.