Bruxelles Mobilité Les riverains et le directeur du collège Saint-Pierre déplorent le manque de communication. Ils tentent de stopper le projet.

Afin de mieux relier le sud et le centre d’Uccle, le plan bus de la Stib prévoit la création d’une nouvelle ligne 37 qui reliera la gare de Linkebeek à Albert, dans la commune de Forest. Cette nouvelle liaison, qui doit être inaugurée le 6 mai prochain, nécessite un passage par l’avenue Coghen, qui relie la chaussée d’Alsemberg à l’avenue Brugmann.

Mais le passage de la nouvelle ligne 37 à travers cette avenue résidentielle n’est pas du goût des riverains, qui voient d’un très mauvais œil l’installation de quatre arrêts de bus dans leur rue, ainsi que les perturbations que cela risque d’engendrer. "La ligne 37 transformera l’avenue Coghen en une avenue polluée par les bus diesel et les nuisances sonores et vibrations y afférentes. Par ailleurs, des places de stationnement sont supprimées pour créer les arrêts de bus, dans un quartier déjà saturé", déplore Catherine, une riveraine. "La fréquence des bus sera infernale puisque 150 bus emprunteront cette rue chaque jour ! Or la route n’est pas adaptée au croisement des bus et cela va engendrer de l’insécurité pour les cyclistes et les piétons."

Les riverains, qui ont fait circuler une pétition de 250 signatures et qui ont interpellé le collège le 28 mars dernier, déplorent également l’absence de communication de la part de la Stib. "Les riverains, n’ont jamais été informés par quiconque que des arrêts allaient être installés devant leur porte. Certains ont été confrontés à leur grande surprise avec ces installations au moment de leur retour des vacances", ajoute-t-elle.

De plus, il s’avère que le directeur du collège Saint-Pierre n’aurait pas été mis au courant de la situation. "Je suis surpris d’apprendre par la Stib que le collège Saint-Pierre a fait une demande pour faire passer une nouvelle ligne de bus devant sa porte. Sachez que nous n’avons fait aucune demande de ce genre. Le collège est actuellement parfaitement connecté au réseau de la Stib. Les nouveaux arrêts vont au contraire créer un véritable danger aux heures de sortie de nos 1400 élèves !", peut-on lire dans la missive envoyée à la commune.

Une affirmation battue en brèche par Françoise Ledune, porte-parole de la Stib. "Le projet de ligne de bus uccloise remonte à 2015 et a fait une large publicité au sein de la commune, notamment par l’intermédiaire du journal local le Wolvendael. De plus, les riverains ont été informés par la Stib du projet de placer des arrêts dans l’avenue Coghen via un toutes-boîtes. Au vu de ces éléments, il peut difficilement être soutenu que les riverains n’ont pas été informés", explique Françoise Ledune.

Enfin, les riverains ont intenté une action en référé devant le Tribunal de première instance de Bruxelles afin de faire cesser en urgence les travaux et empêcher l’inauguration de la ligne 37, mais ont été déboutés. "Si des mesures urgentes devaient être prises, elles auraient dû être demandées plus tôt et non une fois les travaux sur le point d’être finalisés", peut-on lire dans le prononcé du Tribunal du 8 avril.