Bruxelles Mobilité

"Le but du drone est d'analyser le comportement et l'utilisation de l'espace public par les différents usagers de la route, en vue d'envisager un réaménagement de cet endroit dans les prochains mois", explique le cabinet Smet.

Pour la première fois, la Région bruxelloise a eu recours à un drone ce jeudi matin, en pleine heure de pointe, pour analyser la circulation au niveau de la place Sainctelette. Un endroit fort fréquenté où trams, bus, voitures, cyclistes et piétons se croisent tous les jours.

"Le but du drone est d'analyser le comportement et l'utilisation de l'espace public par les différents usagers de la route, en vue d'envisager un réaménagement de cet endroit dans les prochains mois", explique le cabinet du ministre de la Mobilité Pascal Smet (SPA).

Ce drone doit donc recenser le nombre d'usagers qui empruntent cet axe, et doit permettre de comprendre la manière avec laquelle la circulation s'y déroule. "Le drone est privilégié aux caméras déjà existantes car il apporte une vision globale et panoramique de l'ensemble du quartier, et fournit plus d'informations que la caméra au sol. C'est un outil précieux qui est utilisé pour la première fois par la Région. Si l'expérience est concluante, nous généraliserons le drone pour les aménagements futurs dans la capitale", poursuit le cabinet Smet.

Des villes comme Anvers, Louvain ou Courtrai ont déjà recours à cet outil.