Son apparence est similaire à celle d'un camion "traditionnel". Mais le bruit est nettement moins incommodant. Le premier camion électrique de l’entreprise brassicole AB InBev vient d’arriver dans la capitale et commence ce vendredi ses livraisons de bière. Élément notable : il s’agit du premier poids lourd électrique en activité à Bruxelles.

© BELGA

© BELGA

Limité à 80 km/h, le véhicule de la marque Man effectue dans quinze établissements Horeca l'approvisionnement de Jupiler, Stella Artois, Belle-Vue, Leffe… avec une autonomie de 160 kilomètres. Idéal pour une agglomération, mais non transposable au contexte de transport international. "Pour les courtes distances dans les centres-villes, la conduite électrique représente l’avenir. Pour les longues distances, nous envisageons des technologies comme l’hydrogène", explique Philippe Seminck, directeur logistique du groupe. 

© BELGA

Actuellement, la Stib teste notamment un bus à l’hydrogène… alors à quand un camion de ce type ? "On espère 2025, mais il y a encore beaucoup d'incertitudes. On effectue un test avec Colruyt."  L’entreprise MAN mène d’ailleurs de son côté des essais à l’hydrogène sur les autoroutes allemandes.

Fini le diesel à Bruxelles pour AB InBev

"Conduire ce camion, c’est bonheur", sourit un chauffeur de la firme. "C’est automatique, et très facile à manœuvrer." Ces conducteurs devront en tout cas s’habituer au mode électrique, car AB InBev n’achètera désormais plus de camions diesel à Bruxelles et ambitionne de réaliser l’ensemble des distributions urbaines en électrique.

Un but qui dépendra cependant de l’approvisionnement énergétique, aujourd’hui ô combien imprévisible au vu des scénarios de sortie du nucléaire et du contexte de guerre. L’énergie de ce premier camion provient de panneaux solaires installés sur le dépôt anderlechtois de la firme, mais il faudra d’autres sources pour étendre la flotte à grande échelle. "Avec ce premier camion, nous faisons ici un test. Pour la suite, nous avons besoin de certitudes au niveau de l'approvisionnement", indique le responsable d’AB InBev.

De son côté, la ministre bruxelloise Elke Van den Brandt (Groen) applaudit l’initiative de l’entreprise privée. "La logistique a un rôle essentiel à jouer. Ces actions en faveur du climat ont des répercussions directes sur les riverains, au niveau du bruit et de la qualité de l’air."

© BELGA