Des conducteurs de métro déplorent la gestion approximative du nettoyage des véhicules. La Stib prend des mesures.

Alors que le coronavirus continue sa propagation en Belgique, des conducteurs de la Stib tirent aujourd'hui la sonnette d'alarme.

Ils déplorent la gestion approximative de nettoyage des rames de métro. "Un tiers des rames qui circulent quotidiennement sont garées en fin de service en dehors des dépôts, soit sur des voies de garage ou dans des stations. Ces rames ne sont nettoyées que sommairement par un coup de balai. Lundi 16 mars, j'ai aperçu que les membres d'une équipe de nettoyage à la station Erasme n'étaient munis que de balais et de ramassettes, leur travail ne consiste qu'à ramasser les déchets, c'est tout ! Les barres et boutons n'ont même pas été simplement frottés, rien", relate un conducteur inquiet.

Selon lui, la situation au dépôt Delta pose aussi question. "Pour Delta, ce sont quatre rames sur 24 qui sont nettoyées intérieurement chaque jour par une société externe qui ne prend son service qu'aux alentours de minuit", fustige-il. "Enfin, les postes de conduites sont dans un sale état et sommairement nettoyés par "un bon coup de loque."

De son côté, la porte-parole de la Stib Françoise Ledune assure que le nettoyage des véhicules se fait la nuit quotidiennement "avec une attention particulière sur le poste de conduite et sur les points sensibles du compartiment voyageurs."

"Nous sommes particulièrement attentif à contrôler le travail de nos sous-traitants afin que les tâches convenues soient correctement réalisée", explique Françoise Ledune. "Nous avons d’ailleurs décidé de faire appel à une deuxième firme afin de nous assurer un renfort de personnel et garantir que toutes les tâches sont effectuées. En ligne, pendant la journée, le contrat prévoit en temps normal un balayage des sols pour éviter l’accumulation de papier, mouchoirs, etc. Une réorientation du travail des équipes est en cours pour couvrir le nettoyage en ligne des zones de contact (mains courantes, boutons d’appel, etc.). Là aussi des vérifications sont prévues", précise la porte-parole, qui explique que le nettoyage dans les stations des rampes et distributeurs va être renforcé.

Le nettoyage des bus et trams prend lui place toutes les nuits par des agents de la Stib. Un centaine de personnes vont être appelées en renfort aux principaux terminus pour le nettoyage des zones sensibles.

"Bien entendu, il reste important de suivre les mesures d’hygiène aussi pour l’utilisation des transports en commun et notamment de se laver les mains (eau et savon) ou de les désinfecter avec du gel alcoolisé avant et surtout après utilisation", précise Françoise Ledune. "Enfin, les conducteurs ont aussi un kit de nettoyage pour leurs postes de conduite qui leur permet par exemple de frotter leur volant et autres endroits sensibles lors de leur prise de service. Il n’y a plus non plus de changement de conducteur sur le réseau mais uniquement dans les dépôts. Cela permet de se laver les mains directement après son service notamment."