Des poses de tendeurs ont déjà été effectuées sur environ 30 % du réseau afin d’empêcher l’interruption des trams en cas de fortes chaleurs.

Avec les fortes chaleurs que l’on connaît actuellement, les lignes aériennes de la Stib sont mises à rude épreuve. Ainsi, avec la chaleur, les câbles ont tendance à se détendre à cause du cuivre contenu dans ceux-ci, ce qui risque d’accrocher le pantographe et d’immobiliser le tram. Cette situation s’est produite à plusieurs reprises lors des épisodes caniculaires connus au mois de juillet.

Pour contrer ce phénomène, la Stib installe petit à petit sur le réseau des tendeurs qui vont ajuster la pression automatiquement. Ces tendeurs maintiennent la ligne de contact bien droite et ce, à tout moment, même en cas de fortes variations de température. Dans les années à venir, et jusqu’à 2022, ces tendeurs seront placés sur l’ensemble du réseau. De cette façon, la Stib entend économiser beaucoup de temps et cela permettra d’entretenir encore mieux les caténaires. Pour le voyageur, c’est une avancée considérable : moins d’interruptions et de désagréments.

Pour effectuer ce travail, la Stib compte trois équipes de neuf agents, ainsi qu’une équipe qui place les attaches murales et une autre en charge des poteaux. "Les tendeurs qui sont en cours d’installation ont effectivement pour objectif d’avoir une tension mécanique constante dans le fil de contact. Quand ces tendeurs sont placés, les équipes vérifient également les câbles, les autres éléments, etc. Il ne s’agit pas juste de placer le tendeur, c’est toute une portion de la ligne qui fait l’objet de l’attention des équipes", explique Cindy Arents, porte-parole de la Stib. "Les fortes chaleurs impactent la tension des câbles, principalement dans les carrefours où aux endroits où deux fils de contact se croisent, ce qui peut provoquer un blocage du pantographe et donc un arrêt du tram sur cette portion de la ligne. La pose des tendeurs permet de maintenir une tension constante des câbles et de prévenir le risque qu’ils descendent à cause de la chaleur."

Plus de 300 kilomètres de lignes aériennes parcourent Bruxelles. Dans ces câbles, ce ne sont pas moins de 700 volts qui alimentent en électricité les trams au contact des pantographes. Des poses de tendeurs ont déjà été effectuées sur environ 30 % du réseau. "Les travaux vont effectivement se poursuivre les prochaines années, afin de couvrir la totalité du réseau. Les équipes doivent également se charger des travaux d’entretien et réparation des lignes, intervenir lors d’incidents sur le réseau ou lors de travaux impactant les lignes aériennes, sans oublier les travaux prévus d’extension de lignes, comme par exemple la ligne 9", conclut Cindy Arents.